Françoise Dorin en 1974.
Françoise Dorin en 1974. © AFP

Décès de Françoise Dorin, romancière, comédienne et auteure de chansons

Mis à jour le 15/01/2018 à 11H41, publié le 12/01/2018 à 15H24

Françoise Dorin est morte ce 12 janvier des suites d'une longue maladie quelques jours avant son 90e anniversaire, a annoncé à l'AFP Thomas Mitsinkides, son petit-fils. A la fois romancière, auteure de chansons et comédienne, elle avait été l'épouse de Jean Poiret avant d'être la compagne de Jean Piat.

"Ma grand-mère est décédée ce matin à l'hôpital de Courbevoie (Hauts-de-Seine). Elle était malade depuis plusieurs années", a indiqué son petit-fils Thomas Mitsinkides, fils de Sylvie Poiret, la fille de Jean Poiret et Françoise Dorin.

Les obsèques religieuses auront lieu jeudi à 14h30 à l'église Saint-Jean Baptiste de Neuilly-sur-Seine (Hauts de Seine), a annoncé  son petit-fils, Thomas Mitsinkides. L'inhumation se déroulera ensuite dans la plus stricte intimité.

Une fille de la balle

Née le 23 janvier 1928 à Paris, fille de René Dorin, célèbre chansonnier, Françoise Dorin est une fille de la balle. Elle débute dans le cabaret, où elle interprète les sketches de Jean Poiret et de Michel Serrault, puis commence une carrière de comédienne dans les revues de son père au théâtre Des Deux Ânes, puis aux côtés de Michel Piccoli et de Roger Hanin au théâtre du Quartier latin.

La consécration au théâtre vient en 1967 comme dramaturge avec sa pièce "Comme au théâtre". Suivront immédiatement après "La facture" et "Un sale égoïste", puis notamment "L’intoxe" ou "L'étiquette". La dernière pièce, "Vous avez quel âge ?", date de 2010. Ses répliques ont été lancées par les plus grands acteurs de cette époque : Jacqueline Maillan, Edwige Feuillère, François Perrier mais aussi Jeanne Moreau, Jean-Claude Brialy sans oublier son compagnon depuis 1975, le comédien Jean Piat, aujourd'hui âgé de 93 ans.

Dans son théâtre (comme dans ses livres), elle savait à merveille créer des dialogues et des situations piquantes, vaudevillesques, sans toutefois renoncer à donner son point de vue sur la marche de la société et notamment sur les relations hommes-femmes. Elle s'opposait, entre autres, au "théâtre intello" ou à un certain féminisme. "Je n'aime pas la gauche caviar, disons que je suis de la droite saucisson", s'amusait-elle à dire. Mais Françoise Dorin était plus complexe qu'il n'y paraissait. "Va voir maman, papa travaille" est un réquisitoire contre la maternité qui lui fit dire, avec son humour coutumier : "Mais où allons-nous si les auteurs bourgeois se mettent à avoir des idées révolutionnaires ?". De même, "Les lits à une place" est une critique de la vie conjugale traditionnelle...

"L'étiquette", une pièce écrite par Françoise Dorin.

Auteure de chansons et romancière

Dès les années de jeunesse, Françoise Dorin s'adonne à l'écriture de chansons, parmi lesquelles "Que c'est triste Venise" interprétée d'abord par Charles Aznavour puis par Les Compagnons de la chanson, est sans doute le succès le plus important.

Mais il faut citer aussi "La Costa Brava", "Y'a rien à faire" (toujours pour les Compagnons de la chanson) ou "N’avoue jamais", qui représente la France à l'Eurovision en 1965, édition remportée par le Luxembourg avec France Gall.

Autres chansons à rappeler : "Qu’est-ce que vous voulez que j’en fasse", interprétée par Régine, "La danse de Zorba" pour Dalida (dont elle signe les paroles françaises), énorme succès, "Au coin de mes rêves" pour Claude François, "Dieu que ça lui ressemble" pour Juliette Gréco et "Ma dernière chanson" pour Tino Rossi. 

Plus récemment, Françoise Dorin avait également écrit pour Céline Dion, deux chansons, "Et s'il n'en restait qu'une (je serais celle-là)" et "On s'est aimé à cause" (album "D'elles", 2007). 

L'écriture de romans intervient au milieu des années 1970, et le succès est au rendez-vous très vite. Parmi ses livres plus connus, "Va voir Maman… Papa travaille !" (Robert laffont), "Les lits à une place" (Flammarion), "Nini patte-en-l'air" (Robert Laffont), "Les julottes" (Plon), "Le cœur à 2 places" (Plon), "En avant toutes !" (Plon) et, avec Jean Piat, "Quand les mouettes nous volent dans les plumes… : Petits dialogues de plage" (Plon).

Par Culturebox (avec AFP)

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle