Florence Foresti en 2017. 
Florence Foresti en 2017.  © Anthony Ghnassia/SIPA

Florence Foresti interdit les portables et se joue de nos vies sur réseaux

Mis à jour le 27/11/2018 à 19H44, publié le 27/11/2018 à 19H33

Trois ans après son dernier spectacle, Florence Foresti, l'une des humoristes préférées des Français, est de retour avec "Florence Foresti épilogue" au Paradis Latin, un spectacle où les portables sont rigoureusement interdits. Un show toujours aussi hilarant, où elle épingle notamment les addictions liées aux nouvelles technologies et aux réseaux sociaux.

Intitulé "Florence Foresti épilogue", l'humoriste n'hésite pas à faire d'emblée la leçon à ses spectateurs en les privant de leurs téléphones portables le temps du spectacle à l'affiche du Paradis Latin jusqu'au 18 décembre, avant le Zénith de Paris du 26 au 31 décembre.

Le seul smartphone autorisé est celui de Florence Foresti 

Sous peine que son propriétaire se voit refuser l'accès à la salle sans remboursement, chaque smartphone est placé sous scellé dans une pochette individuelle déverrouillée à la toute fin du spectacle. "Une mesure pour vivre une expérience unique sans mobile", justifie la production dès la réservation des billets.

Le seul smartphone autorisé est celui de Florence Foresti qui s'amuse à narguer la salle : "Ça vous manque pas trop ?", lance-t-elle en proposant de consulter la météo au cours d'interludes tordants.

Critique en règle des géants d'internet

Une entrée en matière idéale pour critiquer l'emprise de Google, Instagram, Facetime ou Waze, célèbre application de carte routière : "Waze, c'est Dieu ! Discuter avec Waze, c'est comme discuter avec Einstein sur la théorie de la relativité !".

Wikipédia en prend aussi pour son grade en anéantissant, selon elle, les conversations d'un dîner entre amis en ayant réponse à tout. Florence Foresti manie l'autodérision et ne s'épargne nullement dans ces dérives technologiques qui bousculent aussi son quotidien.

Tous azimuts

Les rires fusent sans cesse dans ce "one woman show" mené tambour battant, comme lorsqu'elle ironise sur l'exemplaire cohabitation des juifs et des arabes à l'hôpital américain de Neuilly, établissement privé prisé des célébrités. Florence Foresti y a donné naissance à sa fille en 2007.

Parmi ses autres cibles, l'invasion de la culture américaine "du Black Friday à Thanksgiving", le charme masculin surestimé ou encore le récit d'un dimanche à Ikea par le prisme des attentes si opposées d'une telle expérience entre hommes et femmes. L'humoriste en profite pour mettre au jour "la dernière illusion de virilité : l'ouverture des bocaux".

L'affaire Weinstein

Féministe assumée, Florence Foresti rebondit à sa façon sur l'affaire Weinstein : "45 ans et jamais harcelée ! C'est un poil vexant... J'ai passé des castings. Les producteurs ne m'ont jamais prise, dans les deux sens du terme... Pour moi, c'est plutôt #NotMe!", allusion au mouvement #MeToo.

Juste avant de libérer les smartphones de son public, Florence Foresti revient sur les addictions qui se règlent en savourant les choses avec modération. "Modération ? Mais qui est cette personne ?".

Par Culturebox (avec AFP)

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle