Le président  français Emmanuel Macron en visite près de Ouagadoudou (Burkina Faso) le 29 novembre 2017.
Le président  français Emmanuel Macron en visite près de Ouagadoudou (Burkina Faso) le 29 novembre 2017. © Ludovic Marin / SIPA

Le président Macron s'engage à restituer le patrimoine africain : un tournant ?

Mis à jour à 18h35, publié le 02/12/2017 à 17H20

Le président français Emmanuel Macron a créé la surprise lors de sa tournée en Afrique de l'Ouest cette semaine en déclarant vouloir "un retour du patrimoine africain à l'Afrique". Une phrase qui redonne de l'espoir au Bénin, après des mois de tractations.

Le voeu du président Macron a particulièrement résonné au Bénin

"Le patrimoine africain (...) doit être mis en valeur à Paris, mais aussi à Dakar, Lagos, Cotonou", a déclaré le président français.
"Ce sera l'une de mes priorités. D'ici cinq ans, je veux que les conditions soient réunies pour un retour du patrimoine africain à l'Afrique", a-t-il lancé.

Dans son discours à l'université de Ouagadougou, cette phrase a surtout résonné au Bénin, dont le président Patrice Talon a fait une demande officielle d'une restitution d'une partie du patrimoine béninois en juillet 2016.

Pour le président Talon, qui a notamment fait campagne contre l'influence de la France dans son ancienne colonie, le rapatriement de ces oeuvres permettra de "mieux faire connaître à nos populations la valeur de nos biens culturels et historiques" et "faire du tourisme un pilier majeur de l'économie béninoise". Irénée Zevounou, l'ambassadeur de la délégation du Bénin à l'Unesco, estime que "4.500 à 6.000 objets (béninois) sont en France, y compris dans des collections privées".

L'accaparement des trésors du Royaume du Dahomey s'est fait lors des batailles coloniales entre 1892 et 1894, mais aussi par les missionnaires qui ont "dépossédé les populations de ce qu'ils considéraient comme des fétiches", explique M. Zevounou. 

Une "rupture historique" dans le débat

"C'est la première fois qu'un président français aborde le sujet frontalement et fait part de sa volonté d'aller dans le sens de la restitution", écrivait aussitôt Marie-Cecile Zinsou, créatrice de la Fondation Zinsou à Cotonou sur sa page Facebook. "Il se pourrait que le discours de Ouagadougou marque un tournant majeur dans la suite des procédures", se réjouit cette amatrice d'art franco-béninoise.
 
De nombreux autres partisans d'un retour des oeuvres du royaume du Dahomey - trônes royaux, récades (sceptres royaux), portes sacrées du Palais d'Abomey, statues anthropomorphes etc - se sont exprimés depuis, comme Louis-Georges Tin, président du Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN).
 
Dans une tribune publiée dans la presse, notamment dans Le Monde, le président du CRAN se félicite d'une "rupture historique" dans le débat, et propose que le Conseil des droits de l'Homme des Nations Unies participe aux négociations entre les deux pays: "il s'agit d'une question de culture, mais aussi d'un enjeu de droit".

Que dit le droit ?

Le droit, c'est bien ce qui bloque dans ce dossier épineux et particulièrement sensible. Les autorités françaises s'étaient jusqu'à présent rangé derrière "les principes juridiques d'inaliénabilité et d'imprescriptibilité (...) des collections publiques", pour argumenter leur refus de restituer des oeuvres, désormais tombées dans le patrimoine français.

Pour Yves-Bernard Debie, avocat spécialisé en droit du commerce de l'art, le discours "tranché" d'Emmanuel Macron rompt avec la tradition juridique française établie en 1566 par "l'édit de Moulins". "Depuis cette époque, le domaine royal devenu ensuite le domaine public, est inaliénable et imprescriptible. Il est interdit, sauf exceptions rares, au prince, roi ou Président de la République, de disposer de ce domaine. Les chefs d'Etat passent, le domaine public reste!", explique l'avocat. Une telle restitution demanderait donc de changer la loi française.

"C'est peut-être un peu naïf de ma part, mais j'espére que les relations s'améliorent entre le France et ses partenaires d'Afrique", ose Ousmane Alédji, directeur du centre culturel béninois Artisttik Africa. "Je préfère être aujourd'hui dans l'espérance du mieux".
 

Par Culturebox (avec AFP)

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle