"La flûte enchantée" de Mozart de Barrie Kosky et le Collectif 1927 : Tamino sous l'emprise de la Reine de la Nuit, représentée en araignée.
"La flûte enchantée" de Mozart de Barrie Kosky et le Collectif 1927 : Tamino sous l'emprise de la Reine de la Nuit, représentée en araignée. © iko freese drama berlin

"La flûte enchantée" à l’Opéra Comique : Mozart en cinéma muet

Mis à jour le 09/11/2017 à 23H17, publié le 09/11/2017 à 23H11

Cinq ans qu’elle tourne de par le monde : la production de "La Flûte enchantée" de Mozart pensée par Barrie Kosky avec l’hyper imaginatif "Collectif 1927" britannique, arrive en France, à l’Opéra Comique. Oubliez les mises en scène traditionnelles d’opéra et tous vos repères : bienvenue dans un monde où les chanteurs évoluent entre cinéma muet, dessins animés et pop art.

Après deux œuvres contemporaines – "Miranda", relecture très actuelle de Purcell et de Shakespeare, mise en scène par Katie Mitchell, puis "Kein Licht", création de Philippe Manoury à partir de textes politiques d’Elfriede Jelinek – la Salle Favart revient à un répertoire on ne peut plus classique avec "La flûte enchantée" de Mozart.

Rencontre des différents arts

Classique, mais dans la droite ligne de la direction prise par Olivier Mantei, à la tête de l’Opéra comique : d’un côté, on reste dans le stricte répertoire d’opéra comique, qui alterne dialogues parlés et airs chantés, avec ce "singspiel" (équivalent allemand). De l’autre côté, surtout, on est dans une démarche de rencontre des arts où se mêlent, avec un œil extrêmement contemporain, opéra, théâtre, concert, vidéos, arts graphiques et autres animations…

Il ne s’agit pas cette fois-ci d’une création propre. La Salle Favart accueille une production imaginée à la fois par le metteur en scène allemand Barrie Kosky et une bande d’artistes britanniques hyper-imaginatifs, le "Collectif 1927". Leur source d’inspiration première : le cinéma d’avant l’arrivée du parlant qui date, justement de 1927 (d’où le nom du collectif), auquel s’ajoutent toutes sortes de contributions artistiques selon les spectacles.

Oubliez les trois dimensions

Oubliez vos repères, les trois dimensions habituelles de la scène et pensez vertical : les chanteurs-comédiens et le décor occupent la place d’un écran de cinéma. L’œil du spectateur s’en voit bouleversé, prêt à se laisser séduire par mille astuces visuelles (vidéo et lumières) qui permettent cette magie. Il y a d’abord l’univers du cinéma muet et des Années folles, marque de fabrique du Collectif : un noir et blanc dominant (mais pas exclusif), des acteurs au visage grimé de blanc… et des références précises, comme Louise Brooks (pour Pamina) ou le magnifique Nosferatu (Monostatos, le cruel serviteur de Sarastro, qui tient prisonnière Pamina, la fille de la Reine de la Nuit). Même le son du pianoforte sur les récitatifs avec des extraits de la Fantaisie n°4 en do mineur et de la n°3 en ré mineur de Mozart, cadre avec l’atmosphère.

Pamina et Papageno. © Iko Freese Drama-Berlin Pamina et Papageno. © Iko Freese Drama-Berlin

S’ajoutent les (remarquables) dessins animés créés par Paul Barritt – avec lesquels doivent composer les chanteurs-comédiens – évoquant un univers graphique très riche, des comics des années 30-40 à la bande dessinée récente (aux accents de Lorenzo Mattotti notamment) en passant par le pop art de Lichtenstein.

Papageno. © Iko Freese Drama-Berlin Papageno. © Iko Freese Drama-Berlin

C’est globalement fin, drôle (le second degré est permanent), parfois même d’une grande poésie, comme dans l’air très réussi de Pamina, "Ach, ich fühl’s" (Pamina pleure sur son amour déchu) où la soprano Vera-Lotte Böcker chante couverte de flocons (dessinés) blancs puis noirs.

Conte philosophique

Le risque, avec ce genre d’expériences artistiques sur scène, est l’exercice de style comme finalité. Mais l’outillage esthétique est ici utilisé à propos. Certes on regrettera un air de la Reine de la Nuit décevant notamment parce que cette dernière (Christina Poulitsi) semble coincée dans son costume et sa position (dans une sorte de balcon émanant de l’écran), et est donc dans l’incapacité d’exprimer l’émotion nécessaire. Mais dans l’ensemble, la richesse graphique de cette "Flûte" sert le propos narratif et philosophique de l’œuvre de Mozart.

"La flûte enchantée" à l'Opéra Comique à Paris : la Reine de la Nuit demande à sa fille Pamina de tuer Sarastro.  © Iko Freese Drama-Berlin "La flûte enchantée" à l'Opéra Comique à Paris : la Reine de la Nuit demande à sa fille Pamina de tuer Sarastro.  © Iko Freese Drama-Berlin

On y  évoque avec force imagination le conte, la dimension magique et le voyage onirique (la montgolfière insecte qui transporte les trois garçons, les animaux robots, etc.) : les personnages effrayants comme la Reine de la Nuit, araignée géante autoritaire (et quelque peu kafkaïenne) à la tête d’extraterrestre, ou hilarants d’autodérision comme les Trois Dames, ou poétiquement ridicules comme Papageno participent également de cet esprit.

Tamino à cheval sur des éléphant(e) roses très sexy.  © Iko Freese Drama-Berlin Tamino à cheval sur des éléphant(e) roses très sexy.  © Iko Freese Drama-Berlin

On y traite enfin aussi avec humanité les vertus de la sagesse, le cheminement par l’épreuve et la rencontre nécessaire entre âmes seules ou perdues (Papageno, Tamino, Pamina, sa mère, etc.), qui enfin trouvent un sens à leur existence.

Par Lorenzo Ciavarini Azzi

@Culturebox

Journaliste, responsable de la rubrique Classique de Culturebox

Infos pratiques

"La flûte enchantée" de Mozart Opéra Comique 1 Place Boieldieu, 75002 Paris Jusqu'au 14 novembre 2017 20 h et 15 h le dimanche

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle