Le chanteur sénégalais Youssou N'Dour en mars 2017.
Le chanteur sénégalais Youssou N'Dour en mars 2017. © SEYLLOU / AFP

Youssou N'Dour et Baryshnikov parmi les lauréats du "Nobel des arts"

Mis à jour le 12/09/2017 à 18H31, publié le 12/09/2017 à 18H25

Deux artistes africains, la star de la musique sénégalaise Youssou N'Dour et le sculpteur ghanéen El Anatsui, ainsi que la légende américano-russe de la danse Mikhail Baryshnikov. font partie des lauréats du 29e Praemium Imperiale, considéré comme le "Nobel des arts". Une artiste d'origine iranienne, Shirin Neshat, a également été primée, comme l'architecte espagnol Rafael Moneo.

Ce prix prestigieux, dont le palmarès a été annoncé mardi à Paris, a été créé en 1988 par la Japan Art Association. Chacun des cinq lauréats recevra la somme de 15 millions de yens (environ 117.000 euros) lors d'une cérémonie le 18 octobre à Tokyo de la part du prince Hitachi, frère cadet de l'empereur Akihito.

Deux artistes africains majeurs

La bourse pour les jeunes artistes, créée en 1997, a été attribuée à une formation libanaise : la Zoukak Theatre Company and Cultural Association.

Youssou N'Dour, 57 ans, est le premier artiste sénégalais à recevoir ce prix. Auteur-compositeur, issu d'une famille de griots, il a créé un son unique mêlant le mbalax sénégalais au jazz, à la soul et à la musique pop. Des collaborations avec Peter Gabriel, Paul Simon ainsi qu'un duo avec Neneh Cherry ont fait de lui une star internationale. Après quelques années consacrées à la politique et aux affaires, il a sorti l'an dernier son 34e album, intitulé "Africa Rekk". 

El Anatsui, né en 1944, est le premier Ghanéen récompensé par la Japan Art Association. Célèbre pour ses tapisseries en métal, il est l'un des plus grands artistes africains vivants, et aussi l'artiste le plus cher d'Afrique. Ses oeuvres, inspirées des traditions culturelles africaines qu'il conjugue avec les recherches esthétiques contemporaines, ont été exposées dans les plus grands musées.

Une légende russe, une artiste d'origine iranienne et un architecte espagnol Prizker 1996

Au palmarès figure également Mikhail Baryshnikov, 69 ans, le dernier danseur d'exception à avoir franchi le rideau de fer. D'origine russe, naturalisé Américain, il a fui son pays au cours d'une tournée en 1974, avant de danser dans les compagnies les plus prestigieuses au Canada, aux Etats-Unis et en Europe. Fin 2016, il a incarné une autre légende de la danse, Nijinski, dans "Letter to a Man" de Bob Wilson, à Paris. Il est également acteur et a notamment joué à Broadway.

L'artiste d'origine iranienne Shirin Neshat (60 ans) et l'architecte espagnol Rafael Moneo (80 ans) ont également été primés. La première, reconnaissable à ses yeux soulignés de khôl, vit à New York et produit depuis des années des installations photo et vidéo si controversées qu'il lui est impossible de les présenter publiquement dans son pays d'origine. Le second a transformé la gare d'Atocha à Madrid et a contribué à l'extension du musée du Prado. Il a reçu le Prizker - le Nobel d'architecture - en 1996 pour son travail qui intègre les bâtiments dans leur environnement urbain.

Plus de 140 artistes ont déjà été primés parmi lesquels le cinéaste suédois Ingmar Bergman, le compositeur américain Leonard Bernstein ou le plasticien britannique Anish Kapoor.

Par Culturebox (avec AFP)

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle