Rotterdam, Florence et Anvers : 3 étapes mode pour des expositions cet été

Mis à jour le 11/07/2018 à 11H28, publié le 11/07/2018 à 9H44

La mode est inépuisable et fascine les conservateurs du monde entier. Voici mon parcours hétéroclite d'expositions hors de l'hexagone ayant toutes comme fil rouge la mode à découvrir cet été en trois villes étapes : Rotterdam avec Viktor & Rolf, Anvers avec le musée du diamant et Florence avec Salvatore Ferragamo.

Les créations spectaculaires et d'avant-garde des deux designers sont réunies dans l'exposition "Viktor & Rolf : Artistes de la mode 25 ans". Leur virtuosité technique au service de créations irrévérencieuses est à découvrir au Kunsthal Rotterdam. Pour le 25e anniversaire de la maison néerlandaise, l’exposition montre la vision selon Viktor Horsting et Rolf Snoeren de l'art portable et explore les éléments qui rendent leurs créations uniques. 60 pièces de haute couture côtoient ici des costumes de scène créés pour le ballet et l'opéra, des dessins d’archives et des costumes réalisés pour Madonna en 2016. L'exposition montre comment ils ont repoussé les frontières entre l'art et la mode, utilisant souvent le contraste entre romance et rébellion, exubérance et contrôle, classicisme et conceptualisme. Ces modèles donnent un aperçu de leur approche non conventionnelle et conceptuelle. Leurs défilés ressemblant parfois à des performances : pour la collection Russian Doll en 1999, le duo drape neuf couches de vêtements autour du top model Maggie Rizer. À la fin de la performance, elle est enveloppée dans 70 kgs de couture. L'exposition permet de revoir, entre autres, les collections "Bedtime Story" (2005),  "Wearable Art" (2015) et "Van Gogh Girls (2015) mais aussi des pièces jamais montrées auparavant : "Boulevard of Broken Dreams" (2017), "Action Dolls" (2017/18) et "Surreal Satin" (2018). A découvrir aussi 25 exemples faits à la main de la série "Dolls" : chaque poupée de porcelaine est vêtue d'une création haute couture qui a été exactement réduite sur la base des modèles originaux, un processus méticuleux et laborieux. Même les tissus ont été tissés à l'échelle et les cheveux et le maquillage du modèle miniature sont des copies exactes.
1 / 3 La rétrospective Viktor&Rolf au Kunsthal à Rotterdam

Les créations spectaculaires et d'avant-garde des deux designers sont réunies dans l'exposition "Viktor & Rolf : Artistes de la mode 25 ans". Leur virtuosité technique au service de créations irrévérencieuses est à découvrir au Kunsthal Rotterdam. Pour le 25e anniversaire de la maison néerlandaise, l’exposition montre la vision selon Viktor Horsting et Rolf Snoeren de l'art portable et explore les éléments qui rendent leurs créations uniques. 60 pièces de haute couture côtoient ici des costumes de scène créés pour le ballet et l'opéra, des dessins d’archives et des costumes réalisés pour Madonna en 2016. L'exposition montre comment ils ont repoussé les frontières entre l'art et la mode, utilisant souvent le contraste entre romance et rébellion, exubérance et contrôle, classicisme et conceptualisme. Ces modèles donnent un aperçu de leur approche non conventionnelle et conceptuelle. Leurs défilés ressemblant parfois à des performances : pour la collection Russian Doll en 1999, le duo drape neuf couches de vêtements autour du top model Maggie Rizer. À la fin de la performance, elle est enveloppée dans 70 kgs de couture. L'exposition permet de revoir, entre autres, les collections "Bedtime Story" (2005),  "Wearable Art" (2015) et "Van Gogh Girls (2015) mais aussi des pièces jamais montrées auparavant : "Boulevard of Broken Dreams" (2017), "Action Dolls" (2017/18) et "Surreal Satin" (2018). A découvrir aussi 25 exemples faits à la main de la série "Dolls" : chaque poupée de porcelaine est vêtue d'une création haute couture qui a été exactement réduite sur la base des modèles originaux, un processus méticuleux et laborieux. Même les tissus ont été tissés à l'échelle et les cheveux et le maquillage du modèle miniature sont des copies exactes.

© DAVID LACHAPELLE STUDIO. MODEL : HEATHER MARKS
Ouvert en mai 2018 dans le centre historique anversois, le nouveau musée du diamant DIVA propose une plongée dans l'univers des diamantaires, des orfèvres et des bijoutiers. On pourra y admirer les plus beaux diamants du monde et y découvrir toute l’histoire de la cité anversoise. Et c’est pour raconter cette histoire que sont exposées des pièces provenant de l’ancien Musée du Diamant et de l’Argent ainsi que certaines pièces empruntées. Six salles, six histoires : le caractère exotique des articles de luxe dans la Chambre des Merveilles, le savoir-faire des orfèvres et diamantaires dans l’Atelier, Anvers en tant que centre mondial du commerce des diamants dans la Chambre de commerce international, de la place des articles de luxe dans la vie quotidienne dans la Salle à manger, du problème de l’éthique et de l’authenticité dans le secteur du diamant, de l’orfèvrerie dans la Salle des coffres et, enfin, de l’univers de DIVA et ses trésors les plus précieux dans le Boudoir. Si le diamant n’est en fait rien d’autre qu’une certaine quantité de carbone comprimée sous haute pression, sa signification culturelle le transforme en réceptacle des désirs humains. Les princes étalent leur puissance, les croyants montrent leur dévotion, les amoureux expriment leurs sentiments et les riches affichent leur statut. 
2 / 3 DIVA, le nouveau musée du diamant d'Anvers

Ouvert en mai 2018 dans le centre historique anversois, le nouveau musée du diamant DIVA propose une plongée dans l'univers des diamantaires, des orfèvres et des bijoutiers. On pourra y admirer les plus beaux diamants du monde et y découvrir toute l’histoire de la cité anversoise. Et c’est pour raconter cette histoire que sont exposées des pièces provenant de l’ancien Musée du Diamant et de l’Argent ainsi que certaines pièces empruntées. Six salles, six histoires : le caractère exotique des articles de luxe dans la Chambre des Merveilles, le savoir-faire des orfèvres et diamantaires dans l’Atelier, Anvers en tant que centre mondial du commerce des diamants dans la Chambre de commerce international, de la place des articles de luxe dans la vie quotidienne dans la Salle à manger, du problème de l’éthique et de l’authenticité dans le secteur du diamant, de l’orfèvrerie dans la Salle des coffres et, enfin, de l’univers de DIVA et ses trésors les plus précieux dans le Boudoir. Si le diamant n’est en fait rien d’autre qu’une certaine quantité de carbone comprimée sous haute pression, sa signification culturelle le transforme en réceptacle des désirs humains. Les princes étalent leur puissance, les croyants montrent leur dévotion, les amoureux expriment leurs sentiments et les riches affichent leur statut. 

© DIVA / SVEN COUBERGS
Les années que Salvatore Ferragamo a passées aux Etats-Unis, et à Santa Barbara en Californie de 1915 à 1927, ont servi de source d'inspiration à l’exposition qui se tient au Musée Salvatore Ferragamo à Florence. Elle part de son travail avec les plus célèbres réalisateurs de l'époque, comme DW Griffith et Cecil B. DeMille, à l'ouverture du Hollywood Boot Shop, le magasin de Ferragamo sur Hollywood Boulevard, dont des stars comme Mary Pickford, Pola Negri, Charlie Chaplin, Joan Crawford, Lillian Gish et Rudolph Valentino étaient des habitués. "Il me semble voir un parallèle entre l'industrie cinématographique et la mienne. Tout comme l'industrie cinématographique, mon entreprise s’est développée à partir du moment où le cinéma a pris de l’importance" expliquait le créateur. Basé sur son autobiographie, l'exposition s'articule autour du monde de l'art, des artisans et du divertissement, domaines dans lesquels Salvatore Ferragamo a concentré sa créativité. Elle se termine par une salle dans laquelle le musée a recréé le Hollywood Boot Shop que le grand artisan italien a ouvert en 1923. A l’occasion de "L’Italie à Hollywood", Ferragamo Creations a lancé une collection capsule exclusive avec trois modèles pour femmes - Bella (1928), Assoluta (1929) et Foxtrot (1932) - et trois modèles masculins - Ramo (1921), Silence (1925) et Spécial (1926) - créés par le fondateur durant son séjour en Californie : les trois premiers ont été réalisés pour Gloria Swanson, Mary Pickford et Joan Crawford tandis que les trois modèles masculins ont été créés pour Rodolfo Valentino.
3 / 3 "L’Italie à Hollywood" au musée Salvatore Ferragamo de Florence

Les années que Salvatore Ferragamo a passées aux Etats-Unis, et à Santa Barbara en Californie de 1915 à 1927, ont servi de source d'inspiration à l’exposition qui se tient au Musée Salvatore Ferragamo à Florence. Elle part de son travail avec les plus célèbres réalisateurs de l'époque, comme DW Griffith et Cecil B. DeMille, à l'ouverture du Hollywood Boot Shop, le magasin de Ferragamo sur Hollywood Boulevard, dont des stars comme Mary Pickford, Pola Negri, Charlie Chaplin, Joan Crawford, Lillian Gish et Rudolph Valentino étaient des habitués. "Il me semble voir un parallèle entre l'industrie cinématographique et la mienne. Tout comme l'industrie cinématographique, mon entreprise s’est développée à partir du moment où le cinéma a pris de l’importance" expliquait le créateur. Basé sur son autobiographie, l'exposition s'articule autour du monde de l'art, des artisans et du divertissement, domaines dans lesquels Salvatore Ferragamo a concentré sa créativité. Elle se termine par une salle dans laquelle le musée a recréé le Hollywood Boot Shop que le grand artisan italien a ouvert en 1923. A l’occasion de "L’Italie à Hollywood", Ferragamo Creations a lancé une collection capsule exclusive avec trois modèles pour femmes - Bella (1928), Assoluta (1929) et Foxtrot (1932) - et trois modèles masculins - Ramo (1921), Silence (1925) et Spécial (1926) - créés par le fondateur durant son séjour en Californie : les trois premiers ont été réalisés pour Gloria Swanson, Mary Pickford et Joan Crawford tandis que les trois modèles masculins ont été créés pour Rodolfo Valentino.

© COURTESY OF SALVATORE FERRAGAMO
<span>Par</span> Corinne Jeammet

Par Corinne Jeammet

@CocoJeammet

Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle