Raphaël Rupert, lauréat du prix Flore 2018.
Raphaël Rupert, lauréat du prix Flore 2018. © L'Arbre vengeur

Raphaël Rupert lauréat du prix de Flore pour "Anatomie de l'amant de ma femme"

Mis à jour le 08/11/2018 à 17H55, publié le 08/11/2018 à 16H49

Le primo-romancier Raphaël Rupert a reçu ce jeudi 8 novembre le prix de Flore. "Anatomie de l'amant de ma femme", publié aux éditions de L'Arbre vengeur, suit les aventures de Raphaël, un architecte qui se rêve écrivain, à la recherche de l'amant de sa femme. Un " livre réjouissant avec des hauts, débats, et quelques ébats."

L'écrivain, âgé de 41 ans, a été choisi au 6e tour par 7 voix contre 5 à Mathilde-Marie de Malfilâtre pour "Babylone express" (Le Dilettante). Le prix devait être remis au lauréat en soirée dans le célèbre Café de Flore situé à Saint-Germain-des-Prés à Paris. 

Un narrateur jaloux

Le narrateur (prénommé Raphaël comme l'auteur) veut devenir écrivain, tâche ardue car il est sans cesse distrait par son ordinateur. Un jour, par ennui, il se retrouve à lire le journal intime de sa femme, une "écrivaine de petit renom". Il y découvre qu'elle a un amant "hors-normes" prénommé Léon et lit les détails de leur relation. Evidemment jaloux, le narrateur se met à la recherche de ce Léon tout en continuant à tenter d'écrire son roman. Raphaël est-il l'auteur ? "On peut penser que c'est moi", nous répond Raphaël Rupert. Avant de nuancer : "Mais il n'y a pas de vrai réponse à cela."

"L'idée de ce livre m'est venue par fragments", nous explique Raphaël Rupert. "Un thème s'est vite dégagé : mettre en rapport la sexualité et la littérature. Comme c'est un livre qui parle de littérature beaucoup d'œuvres m'ont inspirées. Notamment des romans où, comme dans mon livre, il y a une part d'intime qui est exposée et qui jouent sur l'autofiction". 

"Anatomie de l'amant de ma femme" de Raphaël Rupert © L'Arbre vengeur "Anatomie de l'amant de ma femme" de Raphaël Rupert © L'Arbre vengeur

Le prix Flore récompense un "talent prometteur"

"Quand j'ai appris avoir obtenu ce prix, j'ai été surpris", explique le primo-romancier. "C'est un beau prix, une belle reconnaissance. Pour un premier roman c'est très encourageant", ajoute-t-il.

Le prix, qui entend récompenser un écrivain au "talent prometteur", consiste en un chèque de 6.100 euros ainsi qu'un verre de Pouilly gravé au nom du lauréat, "à consommer sans modération" durant une année au Café de Flore. L'an dernier, le prix avait été attribué à Pierre Ducrozet pour  "L'invention des corps" (Actes Sud)  et Johann Zarca pour "Paname Underground" (Goutte d'Or).

Synopsis de "Anatomie de l'amant de ma femme" :

A trop fréquenter la littérature, il arrive qu’on tombe dedans. Lecteur invétéré, époux d’une écrivaine nantie d’un petit renom, architecte en rupture de plans, le héros de ce premier roman n’est pas avare de confidences sur son grand projet : écrire un livre, lui aussi. Mais son écran d’ordinateur ne se remplit que d’images qui ralentissent son travail tout en accélérant son flux sanguin…Les affres de la création deviennent de terribles compagnons dont on se distrait d’un poignet actif. Alors, le jour où par ennui ou par dépit, notre homme commet l’incorrection de parcourir le journal intime de sa femme, il en est puni par une découverte qui porte un nom : Léon, et par une révélation : c’est un amant hors normes. Affolé, vexé mais stimulé, il se lance dans une enquête qui a tout d’une quête : pourquoi chez lui sexualité et littérature sont-elles autant liées ? Cet amateur de théories cocasses s’épanche et nous entraîne, l’air de rien, dans la dernière des grandes aventures : celle qui mène à soi. Un livre réjouissant avec des hauts, débats, et quelques ébats.


Par Manon Botticelli (avec AFP)

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle