Jean-Baptiste Andrea, auteur de "Ma Reine" (L'iconoclaste)
Jean-Baptiste Andrea, auteur de "Ma Reine" (L'iconoclaste) © Vinciane lebrun-verguethen

Jean-Baptiste Andrea, Prix Femina des lycéens pour "Ma Reine"

Mis à jour à 18h20, publié le 06/12/2017 à 18H13

L'écrivain Jean-Baptiste Andrea a reçu mardi à Rouen le prix Femina des lycéens pour son premier roman "Ma Reine" (L'Iconoclaste), une histoire d'amour sombre et déchirante, vue à hauteur d'enfant.

"Ce qui fait le charme de ce roman est sa simplicité d'écriture, en faisant un roman accessible et pouvant être lu par tous", a déclaré au micro de la librairie L'Armitière à Rouen Arthur Comte, élève de 1re à Fécamp (Seine-Maritime) juste après avoir annoncé le nom du lauréat.

"Il est simple mais avec une réelle poésie. Ses personnages sont attachants. On aurait envie d'être amis avec eux dans la vraie vie", a ajouté Kimberley Chaumont, lycéenne de Forges-les-Eaux (Seine-Maritime).

"C'est un conte, pas au sens conte de fée mais qui fait appel au merveilleux, un merveilleux un peu tragique. Je pense qu'il a conquis les élèves parce qu'il donne la parole à un jeune adolescent, dont on ne sait pas vraiment si il a un retard mental mais qui en tout cas à sa propre compréhension du monde et qui un jour rencontre une petite fille", résume auprès de l'AFP Évelyne Bloch-Dano, écrivain et chroniqueuse littéraire, une des "dames du Femina" qui a assisté à l'annonce du Prix des lycéens à la librairie L'Armitière à Rouen.

Jean-Baptiste Andrea, 46 ans, était jusqu'à présent connu comme réalisateur et scénariste. Son premier film (d'horreur) "Dead End" est sorti en 2003. Vinrent ensuite "Big Nothing" (2006) et, en 2013, "La confrérie des larmes" avec Jérémie Renier et Audrey Fleurot. Cette expérience marque ce premier roman d'une écriture très cinématographique qui donne la nature à voir et à entendre.

"Ma Reine" a recueilli onze voix sur treize

"Les débats ont été animés" mais le roman a recueilli onze voix sur treize, a précisé Arthur Comte. Ce livre a déjà été primé, ayant reçu en septembre le prix "Envoyé par La Poste". Ce prix Femina des lycéens a été attribué par un jury de treize lycéens (onze filles et deux garçons) représentant chacun leur classe de première de douze lycées normands et un lycée de Créteil.

Près de 400 lycéens ont participé à cette deuxième édition du Femina de lycéens, selon Evelyne Bloch-Dano.

Le Femina avait, lui, été attribué le 8 novembre à Philippe Jaenada, pour "La Serpe" (Julliard).

L'an passé, le Femina des lycéens avait été décerné à Nathacha Appanah pour "Tropique de la violence" (Gallimard). Le Femina des lycéens a été lancé en collaboration avec le Prix Femina, créé en 1904 et dont le jury n'est composé que de femmes.

Par Culturebox (avec AFP)

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle