Tomi Ungerer en Allemagne en octobre 2018.
Tomi Ungerer en Allemagne en octobre 2018. © MARIJAN MURAT / DPA / dpa Picture-Alliance

La mémoire de Tomi Ungerer saluée en France comme en Europe

Mis à jour le 09/02/2019 à 19H09, publié le 09/02/2019 à 19H04

Le dessinateur, auteur et illustrateur français Tomi Ungerer, est mort à 87 ans dans la nuit de vendredi à samedi à Cork, en Irlande. Alsacien, l'artiste était autant apprécié en France qu'en Allemagne, mais également dans le monde anglo-saxon.

"C'était un génie universel, un homme qui était doué en tout, il aimait la littérature. Il disait : J'écris ce que je dessine et je dessine ce que j'écris", dit son ancien conseiller, Robert Walter. "Pour moi, s'il devait y avoir un paradis, ce serait une bibliothèque", confiait en 2016 l'artiste alsacien. Il se définissait comme un "sans-bacho", s'étant "élevé par la lecture" et un "pessimiste joyeux". Son oeuvre, riche de 30.000 à 40.000 dessins, s'est déployée dans les domaines de la littérature d'enfance et de jeunesse, de la publicité ou de l'érotisme. En 2018, il avait été honoré du titre de Commandeur de la Légion d'honneur pour sa contribution "au rayonnement de la France à travers la culture".

En France

La Cinémathèque française, à Paris, rendait hommage à Ungerer il y a quelques semaines en projetant le film "Les Trois brigands".

"Des générations entières ont grandi avec les dessins et les récits de Tomi Ungerer. Son regard, sa passion, son inimitable trait de crayon vont nous manquer; son oeuvre est éternelle", a tweeté le ministre de la Culture, Franck Riester.

Tomi Ungerer avait donné plus de 11.000 dessins originaux, des sculptures, des jouets et des livres au musée qui lui est consacré à Strasbourg, sa ville natale. "Nous perdons en Tomi Ungerer un artiste de grande envergure dont l'oeuvre a marqué l'art de notre temps, tant par son talent que par son humanisme. Il incarnait la liberté", a déclaré Thérèse Willer, conservatrice du musée.

Au Conseil de l'Europe

Le secrétaire général du Conseil de l'Europe, basé à Strasbourg, le Norvégien Thorbjørn Jagland, a exprimé sa "profonde tristesse" à l'annonce du décès de Tomi Ungerer, nommé premier Ambassadeur pour l'enfance et l'éducation en 2000 par l'organisation paneuropéenne.

"Nous perdons aujourd'hui un grand artiste, très attaché à l'idée de l'Europe (...) Tomi, dessinateur engagé dans la construction européenne et l'amitié franco-allemande, voulait montrer qu'on est tous égaux et différents. Et que cette différence, c'est quelque chose qu'on a en plus, et que les autres n'ont pas , comme il aimait à le rappeler", a estimé Thorbjørn Jagland dans un communiqué.

Célèbre dans le monde anglo-saxon

L'artiste, qui avait vécu aux Etats-Unis et au Canada avant de s'installer en Irlande dans les années 1970, s'était rendu célèbre dans le monde entier avec des oeuvres pour enfants, des dessins érotiques, des peintures satiriques et des affiches politiques.

Très engagé politiquement - contre la ségrégation raciale, la guerre au Vietnam, le nucléaire, l'élection de Donald Trump entre autres -, il travaillait aussi bien en français qu'en anglais et en allemand.

Par Culturebox (avec AFP)

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle