Pour coller à l'air du temps, l'univers du compte pour enfants se réinvente même si les codes du genres restent immuables. 
Pour coller à l'air du temps, l'univers du compte pour enfants se réinvente même si les codes du genres restent immuables.  © Culturebox - capture d'écran

Il était une fois la belle histoire des contes pour enfants

Publié le 06/01/2019 à 12H12

C'est un rituel dans de nombreuses familles, un moment où le temps est suspendu, la lecture d’un conte. Des contes oraux ou écrits qui accompagnent les enfants depuis des millénaires et sur tous les continents. Si les codes sont immuables, les messages eux évoluent pour coller à l’air du temps et aux évolutions de notre société.

A l’image de la littérature jeunesse en général, les contes pour enfants rencontrent un grand succès. Classiques ou modernes, d’ici ou d’ailleurs, les contes et légendes continuent de jouer un rôle éducatif auprès des plus jeunes en leur transmettant des valeurs et en explorant l’immense palette des sentiments.


Les contes sont à la fois des récits extrêmement réalistes quant à l’émotion et quant à la profondeur des sentiments, mais dans un univers qui permet le voyage, l’évasion, le rêve, le fantastique, donc on a besoin de ça.

Muriel Bloch, conteuse.

Reportage : P. Deschamps /  G.Michel / A. Jacquet / M. Niewenglowski / P. Crapoulet / G. Orain / P. Ryon

Les messages évoluent

Alors l’univers du conte est-il figé ? Loin de là. Si les codes sont immuables, la forme et les messages eux évoluent, et auteurs et éditeurs tendent à intégrer des problématiques actuelles. Les éditions "Talents Hauts" par exemple veillent à supprimer dans les contes qu’elles publient tout stéréotype sexiste. Pour l’auteur Gaël Aymon qui a revisité des classiques, ces changements sont nécessaires.
  

"Les contes ont un message à faire passer. Un message adressé à l’origine à un public qui ne savait pas lire, et à qui on avait des choses à apprendre qui ne sont pas les mêmes aujourd’hui, donc on a le droit de les bouger. Charles Perrault et les frères Grimm ne se sont pas gênés pour les changer, donc on peut le faire dans le respect de la forme".

Gaël Aymon, auteur


Par Stéphane Hilarion

@Culturebox

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle