Musicàlier #04
Musicàlier #04 © dmdm

Musicàlier #04: Chanter faux, faut chanter!

Mis à jour le 16/02/2018 à 16H12, publié le 12/02/2018 à 11H57

Si vous n’avez jamais osé chanter, alors que l’occasion se présentait, juste parce que vous saviez que vous chantiez faux, vous avez tout faux. "Au jour d'aujourd’hui", comme diraient les journalistes fatigués, chanter faux n’a jamais été autant synonyme de succès. Et plus vous chantez faux, plus grande sera votre popularité. Signe des temps? Je m'explique ...

À la fin de toutes les communions et mariages de ma famille, on y avait droit. Tonton Roger était réclamé par tous les convives: " Une chanson, Roger, une chanson ! " Ça ne ratait jamais, et c'était souvent le meilleur moment des agapes. En tout cas le plus drôle. Roger, cuisinier de son état, chantait comme une casserole. L'effet était immédiat et l'on se tenait les côtes de rire. Excellent pour la digestion. Roger en solo massacrait comme personne une rengaine à la mode, et invariablement achevait son interprétation sous les vivats des petits et des grands. Personne ne songeait à le plaindre. Peut-être que sans les rires des commensaux, Roger n'aurait pas su qu'il chantait faux. Mais grâce à nous il le savait et en abusa mille fois.
Mais pendant ce temps, Tante Albertine, joyau de la chorale municipale souffrait en silence que personne ne songe à réclamer à l'heure du dessert son joli petit brin de voix. Elle chantait juste et c'était là, sans qu'elle le réalise tout à fait, son drame. Face à Roger, elle n'avait aucune chance. Si Albertine revenait aujourd'hui et voyait ce que je vois, ou plutôt entendait ce que j'entends...
Albertine, si tu m'entends, les choses se sont aggravées. Laisse-moi te raconter. 
Faut dire que la prime à la casserole ne date pas d'hier et ne se limite pas à mon seul cercle familial.
Qui se souvient de l'extraordinaire Géraldine Farrar ou de la sublime Amelita Galli-Curci ? Oubliées malgré leurs splendides voix et leurs oreilles infaillibles. Vous partagez cette injustice. Par contre, les enregistrements de Florence Forster Jenkins, la plus épouvantable casserole de l'art vocal, continuent plus que jamais à s'écouter et à se partager. On lui a même, contrairement à Farrar ou à Galli-Curci, consacré une grosse production hollywoodienne pour raconter sa vie, son œuvre. C'est la victoire de tonton Roger et celle de Florence Forster Jenkins. Ta defaite, et celle de tous les musiciens. Tu comprends Albertine ou je te mets un extrait de la diva? Tu l'auras voulu.  

Première conclusion : Pour passer à la postérité, hier mais encore plus aujourd'hui, mieux vaut tordre le diapason que l'honorer. Et tant qu'à le tordre, autant y aller carrément. Voilà la recette du succès dans un monde sourd et rigolard.

Continuons Tatie. 
Ce qu'il y a de curieux avec les humains, tu seras d'accord avec moi, c'est qu'ils sont TOUS capables de détecter un congénère qui chante faux, et ce, qu'ils aient l'oreille juste ou pas. C'est curieux n'est-ce pas?
Quelqu'un qui chante faux entend très bien un chanteur qui déraille. Celui qu'il n'arrive pas à entendre, c'est lui-même. Vous avez déjà entendu quelqu'un chanter sans s'entendre, avec un casque sur les oreilles par exemple? Le résultat est toujours très drôle. Chanter juste sans s'entendre est effectivement très difficile, parce que pour chanter juste il faut d'abord s'entendre. Même pour les musiciens. La justesse est donc un attribut de l'oreille interne, et certains l'ont mise en veille. C'est la preuve du casque. Irrésistible!

Aujourd'hui, je sais que pour toi, Albertine, c'est dur à imaginer, mais n'importe qui, c'est à dire tout le monde, peut se faire entendre en train de pousser la chansonnette. On appelle ça YouTube. C'est le terrain de chasse de toutes les envies de célébrité. Tu serais surprise. Sur ce forum planétaire chantant, les prestations qui connaissent le triomphe, qui battent tous les records, sont les interprétations les plus a-musicales. Plus le chanteur déraille plus la foule applaudit. Gloire aux clowns et aux sourds couronnés par des millions de vues. Signe des temps? Ou est-ce tonton Roger qui finalement eu raison bien avant cette invention de mon siècle? 
Pourtant, la science a tout inventé pour lutter contre ce fléau. On ne peut pas quand même faire n'importe quoi avec le diapsaon, non mais!
Aujourd'hui, grace au programme Autotune, un correcteur de justesse à la précision chirurgicale, retour à la loi, et n'importe quelle note fausse peut etre corrigée et remise dans le droit chemin de la justesse. Avec Autotune, toutes les casseroles peuvent sonner comme des harpes. Mais avec ce prodige de technologie, jamais nous ne nous serions esclaffés avec Forster Jenkins, et, chantant juste, elle aurait été oubliée depuis longtemps. Tonton Roger aurait, avec Autotune, perdu son moment de gloire. La musique n'y aurait rien perdu, mais mes souvenirs de rires beaucoup. 

Autotune © Autotune Autotune © Autotune

Tu vois, Albertine, ce n'est pas demain la veille qu'on te laisse chanter à la fin des banquets. 
Pour te consoler de cette injustice, laisse-moi te rappeler la malédiction des gens qui chantent faux: Ils ne peuvent chanter que seuls. Chanter juste est LA condition indispensable pour chanter avec quelqu'un, et Autotune ne change rien à cette disgrâce. Celui qui chante faux est condamné à ne jamais connaitre le plaisir suprême de la musique: Jouer, chanter, ENSEMBLE, se rencontrer par les notes. Chanter juste, c'est se mettre d'accord avec une autre personne, s'accorder avec elle. 
Alors pour toi, juste pour toi, mais aussi pour tous ceux qui chantent faux comme tonton Roger je dédie cette petite chanson, Le tango des ceux qui chantent faux de Michelle Mulhemann et Whiskey Chocolate. Chuis sûr que tu vas aimer. Quant à Roger il me pardonnera. S'il m'entend ... 

La prochaine fois nous parlerons des grands musiciens qui chantent faux. Ou d'autres choses. 

► Les précédents épisodes de Musicàlier ici
► Accès à la discothèque

 page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.

Par Michel Mompontet

@Culturebox

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle