Sergueï Polounine à Los Angeles, le 6 janvier 2018
Sergueï Polounine à Los Angeles, le 6 janvier 2018 © Michael Buckner / WWD / REX / Shutterstock / SIPA

Sergueï Polounine, auteur de propos sexistes, ne dansera pas à l'Opéra de Paris

Mis à jour le 15/01/2019 à 14H36, publié le 14/01/2019 à 12H45

Finalement, l'Opéra de Paris a décidé de ne pas inviter l'Ukrainien Sergueï Polounine, "l'enfant terrible du ballet", à venir danser en février après des commentaires sexistes, homophobes, grossophobes et élogieux de Poutine qui ont provoqué une polémique sur les réseaux sociaux.

Aurélie Dupont, la directrice artistique du Ballet de l'Opéra de Paris, avait distribué Sergueï Polounine dans "Le Lac des cygnes", mais a finalement retiré son invitation au danseur ukrainien de 29 ans ce week-end, a-t-on appris lundi.
 
La directrice a envoyé "un courrier aux danseurs" saluant l'"artiste talentueux" mais reconnaissant que les "propos publics" de Polounine ne respectaient pas ses "valeurs", a indiqué l'Opéra, contacté par l'AFP, confirmant une information du Figaro.

Des danseurs de l'Opéra de Paris ont réagi sur les réseaux sociaux

Surnommé le "bad boy of ballet" depuis qu'il a claqué la porte du prestigieux Royal Ballet britannique en 2012, Polounine est connu du grand public pour être la star de la chanson de Hozier "Take Me To Church" (2015) dans un clip réalisé avec l'artiste David LaChapelle et visionné plus de 26 millions de fois sur YouTube.  


Le compte Instagram certifié du danseur, qui a récemment obtenu la nationalité russe, est émaillé depuis novembre de commentaires pro-Poutine et de remarques à connotation homophobe et grossophobes. Ces propos ont provoqué la colère de certains danseurs de l'Opéra qui, fait rare, se sont saisis des réseaux sociaux pour faire part de leurs critiques ces derniers jours.

Polounine s'est attaqué au profil "efféminé" de certains danseurs

Vendredi, Polounine proposait ainsi de "gifler les personnes grosses", affirmant qu'il ne "respectait pas leur paresse", commentaire qui a été supprimé le lendemain de ce compte suivi par plus de 170.000 personnes.
 
Fin décembre, Polounine, comparé au début de sa carrière à Rudolf Noureev, s'attaquait au profil "efféminé" de certains danseurs de ballet.           
 

Par Culturebox (avec AFP)

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle