À Rio, le jour du premier tour, Jair Bolsonaro se voyait déjà en haut de l'affiche (7 octobre 2018)
À Rio, le jour du premier tour, Jair Bolsonaro se voyait déjà en haut de l'affiche (7 octobre 2018) © Chine Nouvelle / Sipa

Brésil : quand Bolsonaro, le candidat homophobe, reprend la musique de Queen

Mis à jour à 10h03, publié le 08/10/2018 à 9H49

Jusqu'ici farouche homophobe, Jair Bolsonaro, le candidat d'extrême droite arrivé dimanche en tête du premier tour de la présidentielle au Brésil, a utilisé l'hymne à la victoire "We are the champions", une chanson écrite par l'une des plus grandes icônes gays au monde, Freddie Mercury, dans une vidéo de campagne.

Dans un montage vidéo diffusé sur les réseaux sociaux dimanche, Jair Bolsonaro est montré en campagne avec, comme fond sonore, la célèbre chanson de Queen, le groupe de Freddie Mercury, mort en 1991 des suites du sida.
Cette vidéo montre Bolsonaro porté en triomphe par ses supporters, en meeting de campagne, mais aussi entarté, poignardé en septembre lors d'un bain de foule, hospitalisé ou mimant un fusil avec l'une de ses béquilles... Tout ceci sur la musique de "We are the champions", dont les paroles sont sous-titrées en portugais.

Depuis de nombreuses années, cette chanson iconique est utilisée à toutes les sauces, et en particulier lors de victoires d'équipes de football (un univers où l'homosexualité demeure un énorme tabou). L'association de Bolsonaro avec Queen a de quoi surprendre.

Virage à 180 degrés dans certaines prises de position

L'ancien capitaine de l'armée, nostalgique de la dictature militaire (1964-1985), partisan de la liberté du port d'armes, catholique fervent, défenseur de la famille traditionnelle, a déclaré par exemple qu'il préférerait avoir un fils "tué dans un accident" plutôt qu'homosexuel".

Surnommé le "Trump brésilien", il choque également par certains propos très sexistes et racistes, mais rien ne semble arrêter pour l'instant sa marche vers le pouvoir. Ainsi, dimanche, Jair Bolsonaro, candidat du Parti Social-libéral, est arrivé en tête du premier tour avec 46,3% des voix et affrontera au second tour le candidat du Parti des Travailleurs (PT) Fernando Haddad qui a réuni 29% des votes. Un espoir pour ses adversaires : Bolsonaro rêvait de s'imposer dès le premier tour mais la nécessité d'un second tour relance la bataille.

Samedi, Bolsonaro a créé la surprise à la veille du scrutin. "Nous allons gouverner pour tous, même pour les athées (...) et y compris pour les gays, parce qu'il y a des gays qui sont des pères, qui sont des mères", a-t-il dit, opérant dans ses prises de paroles un virage à 180 degrés.

Par Culturebox (avec AFP)

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle