Une immersion totale dans l'univers africain.
Une immersion totale dans l'univers africain. © E. Bride / Photopqr / Voix du Nord / MaxPPP

Afriques Capitales : deux expos pour rendre hommage à une Afrique plurielle

Mis à jour le 02/05/2017 à 13H21, publié le 02/05/2017 à 12H02

Sortir des clichés exotisants, montrer un visage de l’Afrique le plus honnête possible à travers un voyage artistique et intellectuel. C’est l’ambition de l’exposition "Afriques Capitales" qui se joue en deux actes à La Villette à Paris et à la gare St Sauveur de Lille. Un visa pour l’inconnu, une immersion totale au cœur d’un continent aux multiples facettes.

Reportage : M. Schelcher / E. Quinart / B. Weill

https://videos.francetv.fr/video/NI_980267@Culture

L’Afrique, un sujet si vaste qu’il fallait bien deux expositions pour l’évoquer. A la baguette, un amoureux du continent africain, Simon Njami. Le cofondateur de la Revue noire a pensé "Afriques capitales" à la fois comme un voyage mais aussi comme un livre d’images que l’on feuilletterait selon sa propre histoire et sa propre sensibilité. Sous la Grande Halle de la Villette, l’histoire s’écrit à travers les grandes villes africaines. Une cinquantaine d’artistes ont été invités à raconter leur Afrique, leur vision à la fois artistique, géopolitique et philosophique d’une terre encore trop souvent soumise aux clichés occidentaux. L’exposition qui s’inscrit dans le cadre du festival "100%",  consacré cette année à l’Afrique, est à découvrir jusqu’au 28 mai.

Grâce à la magie de l'art, le visiteur est transporté place Jemaa el-Fna, à Marrakech. © E. Bride / Photopqr / Voix du Nord / MaxPPP Grâce à la magie de l'art, le visiteur est transporté place Jemaa el-Fna, à Marrakech. © E. Bride / Photopqr / Voix du Nord / MaxPPP

En miroir de cet événement, un deuxième chapitre d’"Afriques Capitales" s’est ouvert à Lille le 6 avril. Cette fois, direction le Cap de Bonne-Espérance. Carrefour de l’Europe, dont elle a été la capitale culturelle en 2004, la cité nordiste (qui perpétue cette tradition européenne à travers Lille 3000) semblait le point de départ idéal pour cette épopée culturelle qui rassemble une quarantaine d’artistes jusqu’au 3 septembre à la Gare Saint-Sauveur. Plus qu’une exposition, c’est une immersion sensorielle qui est proposée aux visiteurs. Dans une salle, les murs d’images accompagnés d’une bande son "in situ" nous projettent place Jemaa el-Fna à Marrakech, parmi les vendeurs de rue.

Quelques pas supplémentaires et nous voici au cœur de l’Afrique noire habillée d'imprimés léopard par l'artiste Emilie Régnier. Symbole de pouvoir dans certains pays (on se souvient de Mobutu et de ses toques en léopard), la fourrure du félin est le comble du luxe pour les fashionistas occidentales. C’est cette différence de point de vue, ce décalage culturel que voulait souligner Simon Njami. Le pari est réussi.

Par Sophie Granel

@Culturebox

Infos pratiques

Afriques Capitales, Vers le Cap de Bonne-Espérance Gare Saint Sauveur Boulevard Jean-Bapstiste Lebas, 59000 Lille Du 6 avril au 3 septembre 2017 Du mercredi au dimanche de 12h à 19h Gare Saint Sauveur

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle