La fondation Taliesin West
La fondation Taliesin West © The Frank Lloyd Wright Foundation Archives (The Museum of Modern Art | Avery Architectural & Fine Arts Library, Columbia University, New York)

Voyage sur les pas de Frank Lloyd Wright, le premier des "Starchitect" (2/2)

Publié le 22/09/2017 à 10H38

En cette année 2017, l'Amérique rend hommage à l'un de ses plus grands architectes, Franck Lloyd Wright, à l'occasion des 150 ans de sa naissance. Nous sommes partis sur ses traces pour mesurer l'impact du premier "Starchitect" de l'histoire. Après le "951 Chicago Avenue à Oak Park" près de Chicago, direction le désert d'Arizona où la fondation Taliesin West perpétue son héritage.

Si Oak Park fut pour Franck Lloyd Wright un début, "Taliesien West" sa fondation au Nord de Scottsdale dans la banlieue de Phoenix, est une synthèse magnifique du talent du grand architecte qui s’éteindra dans cet Etat de l'Arizona à l’âge de 91 ans.

Incontournable quand on s’intéresse à la carrière de cet architecte, "Taliesin West" est à la fois un héritage, une université, et un condensé du génie de Wright. L’intégration de la construction dans son environnement est tout à fait remarquable. 

© Jean-Claude Desjacques © Jean-Claude Desjacques

Le regard toujours tourné vers l’avenir, Frank Lloyd Wright songeait aussi à la postérité : son art ne devait pas s’arrêter avec sa mort. L'architecte conservait tout : les différentes versions, souvent annotées, de ses dessins qui sont parfois en eux-mêmes une révolution graphique, ses maquettes ultra-détaillées, les photos de lui au travail, les coupures de presse... Quand ses projets étaient rejetés, cela ne l'empêchait pas de continuer à les utiliser, et même à les exposer, avec toujours ce sens inné du marketing. Quelle matière aussi pour les cours dispensés à "Taliesin West" !

Un lieu de transmission

"Taliesin West est un lieu de transmission, d’apprentissage des méthodes de Frank Lloyd Wright", confirme Jeff Goodman le directeur du Marketing de la Frank Lloyd Wright Foundation. "Taliesin West" n'est pas un musée figé. On a l’impression d’être sur un campus, avec des élèves en architecture déambulant dans les allées, les bureaux, le théâtre. En fait c’est aussi et surtout cela Taliesin West : le lieu où l’on apprend à devenir un Frank Lloyd Wright.

"A l’époque où Frank L.W. était le maitre des lieux, précise Jeff Goodman, les apprentis stagiaires bâtissaient leur propre logement avec les matériaux de la région, à l’extérieur des bâtiments principaux. C'était du camping amélioré pendant toute la période des études". 

© The Frank Lloyd Wright Foundation Archives (The Museum of Modern Art | Avery Architectural & Fine Arts Library, Columbia University, New York). © The Frank Lloyd Wright Foundation Archives (The Museum of Modern Art | Avery Architectural & Fine Arts Library, Columbia University, New York).

Aujourd’hui apprentis architectes ou touristes utilisent les lieux comme à l’époque. Il faut s’assoir dans toutes les pièces pour comprendre le rapport de FLW avec la nature, la lumière. Un guide donne au visiteur les clés de cet ensemble.

https://videos.francetv.fr/video/NI_1079251@Culture

L'architecte n’a rien laissé au hasard, le moindre recoin a été pensé, comme la salle d’études où les fenêtres inclinées permettent de découvrir l’immensité du désert d’Arizona ou la ville de Phoenix. Des plafonds transparents jaillit la montagne et les reflets du soleil permettent aux sols ou murs de changer l’ambiance colorimétrique des pièces au fil des heures. Après la visite on a tous envie d’être des élèves de Wright.
Jeff Goodman 
 

Ce grand professionnel à la longévité exceptionnelle, il s’éteint le 9 avril 1959, n’aura pas vécu assez longtemps pour assister à l’ouverture au public de son dernier chef d’œuvre, sans aucun doute le plus connu au monde. Le 21 octobre 1959 est inauguré à New York sur la 5e avenue, le Guggenheim Museum, aujourd’hui institution incontournable de la vie à Manhattan et lieu d’exposition d’avant-garde. 

© Jean-Claude Desjacques © Jean-Claude Desjacques

Le haut du batiment plus large que la base, pas d'étages à proprement parlé, une priorité accordée au béton sont les caractéristiques les plus visibles de cette oeuvre exceptionnelle.

"La nature du béton réside dans sa fluidité" résumait Franck Lloyd Wright. Il n’y a qu’à admirer la spirale iconique du Guggenheim, pour en être persuadé. 
 

Par Jean-Claude Desjacques

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle