L'ombre de Robert Mallet-Stevens plane sur la villa Cavrois à Croix, dans le Nord.
L'ombre de Robert Mallet-Stevens plane sur la villa Cavrois à Croix, dans le Nord. © France 3 / Culturebox

Mallet-Stevens : à la Villa Cavrois les photos d'une carrière exceptionnelle

Mis à jour le 11/06/2018 à 16H16, publié le 11/06/2018 à 12H03

Dans les années 30, il fut l’égal de Le Corbusier. Tombé un peu dans l’oubli après sa mort en 1945, l’architecte Robert Mallet-Stevens revient sur le devant de la scène. Une exposition à la Villa Cavrois, retrace ses réalisations les plus emblématiques. Les photos, issues de la collection Jean-Louis Cohen, sont exceptionnelles : la plupart des archives de Mallet-Stevens ont en effet disparu.

Reportage : C. Massin / J. Vasco / R. Mompach / A. Da FonsecaL’endroit impressionne par sa modernité. Construite entre 1929 et

https://videos.francetv.fr/video/NI_1249889@Culture

1932, la Villa Cavrois, à Croix dans le Nord, est LE chef-d’œuvre de Robert Mallet-Stevens. Dans les années 30, l’architecte est une star. Les célébrités de l’époque (comme le grand couturier Paul Poiret) et les riches industriels… tous rêvent d’une maison signée Mallet-Stevens dont la modernité sans fioriture fait fureur. C’est d’ailleurs par l’architecture "commerciale" (vitrines, boutiques) que l’artiste débute dans les années 20. De cette expérience, il conserve une approche novatrice de l’utilisation de la lumière pour mettre en scène intérieurs et volumes. Une technique qu’il met en application dans la réalisation d’une vingtaine de décors de cinéma, notamment pour Marcel L’Herbier et qui prend réellement toute sa dimension à la Villa Cavrois.

Robert Mallet-Stevens a beaucoup travaillé pour l'insustrie, ici un projet de cité ouvrière. © capture d'écran France 3 Robert Mallet-Stevens a beaucoup travaillé pour l'insustrie, ici un projet de cité ouvrière. © capture d'écran France 3

La villa commandée par l’industriel roubaisien du textile Paul Cavrois à la fin des années 20, est la quintessence de l’architecture Mallet-Stevens. Pensée comme un château, la demeure présente 60m de façades et 2800m2 de plancher selon un plan en deux ailes symétriques typique du XVIIe siècle. Là s’arrête le classicisme. A l’époque de sa construction, au tout début des années 30, la villa Cavrois est en effet le symbole éclatant de la modernité. Dans ses lignes d’abord, pures et sans ornement, multipliant les toits terrasses, par ses aménagements intérieurs ensuite : chauffage central, téléphone, ascenseur… Une maison vitrine toute désignée pour abriter cette exposition exceptionnelle sur l’œuvre de son créateur.

Intérieur / extérieur : une modernité sans fioriture. © France 3 / Culturebox Intérieur / extérieur : une modernité sans fioriture. © France 3 / Culturebox

Exceptionnelle, le mot n’est pas trop fort. Après sa mort en 1945 et à sa demande, les archives de Robert Mallet-Stevens ont été détruites. Rares sont donc les documents qui retracent son œuvre. Les documents aujourd’hui exposées sont la propriété de l’historien et architecte Jean-Louis Cohen. 222 photos dont certaines sont annotées au dos par Mallet-Stevens lui-même. Précisions sur les  matériaux ou les couleurs, un mode d’emploi du bon goût de l’époque. Précieux.
 

Par Sophie Granel

@Culturebox

Infos pratiques

Robert Mallet-Stevens et ses photographes Villa Cavrois 60 Avenue Kennedy, 59170 Croix Jusqu'au 2 septembre 2018 Tous les jours sauf le lundi de 10h à 18h 8 euros / tarif réduit : 6 euros 50 Villa Cavrois

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle