La "Cité Radieuse" de Le Corbusier sort de terre en 1952 sous le regard étonné des Marseillais
La "Cité Radieuse" de Le Corbusier sort de terre en 1952 sous le regard étonné des Marseillais © Paul kozlowski 1997 © FLC/ADAGP

La Cité radieuse de Marseille : 66 ans et toujours le même enchantement

Mis à jour le 13/03/2018 à 9H19, publié le 11/03/2018 à 18H38

Près de 66 ans après son édification par Le Corbusier, "La Cité radieuse" de Marseille continue de passionner les amateurs d'architecture moderne. Un bâtiment fait "pour rendre heureux" ses habitants, une ville dans la ville qui permet aux familles de former une véritable communauté. D'hier à aujourd'hui, la rédaction de France 2 propose de découvrir cet édifice hors-du-commun.

C'est un énorme paquebot de béton qui trône au 280 boulevard Michelet, 8e arrondissement de Marseille. Bâtie sous forme de barre sur pilotis, "La cité radieuse" imaginée par l'architecte Le Corbusier (1887-1965) concrétise une nouvelle forme de cité, un "village vertical" appelé à l'époque "Unité d'habitation". 

A sa livraison, en 1952, le bâtiment agitait déjà les esprits, 66 ans après et une inscription au Patrimoine mondial de l'UNESCO en 2016, l'ouvrage demeure un passionnant sujet d'architecture. 

Reportage : T. Souman / B. Jourdan / E. Pirosa

"La maison du fada" voit le jour à Marseille

Edifié au sortir de la guerre pour reloger les populations, l'immeuble a dans un premier temps surpris certains Marseillais qui l'on rapidement surnommé "La maison du fada". Si aujourd'hui, on visite la cité comme un monument, son architecte est longtemps passé pour un fou. Un bâtiment assez peu commun, mais très bien accueilli par le gouvernement de l'époque.
Sur 18 niveaux, la résidence compte 337 appartements de 23 types différents séparés par des "rues intérieures". À l'intérieur, la plupart des appartements sont des duplex traversants, conçus comme des cabines de bateaux. Cuisine ouverte sur le salon, cloisons coulissantes entre les chambres, balcons et rangements : aucun espace n'est perdu.

© Paul kozlowski 1997 © FLC/ADAGP © Paul kozlowski 1997 © FLC/ADAGP

"Ici, tout est pensé comme une ville, une ville verticale pour rendre heureux les habitants", explique aux visiteurs une guide. À Marseille, Le Corbusier innove : son immeuble est excentré, construit sur pilotis, du jamais vu. Sur le toit, l'ancien gymnase est devenu un centre d'art contemporain et la vue panoramique est à couper le souffle. 

© Paul kozlowski 1997 © FLC/ADAGP © Paul kozlowski 1997 © FLC/ADAGP

Déclarée patrimoine mondial de l'Unesco en 2016

Le Corbusier imagine des rues commerçantes au sein même du bâtiment. Il y intègre aussi une bibliothèque, une école, et un hôtel-restaurant de 21 chambres, tout pour le confort des habitants.

© Paul kozlowski 1997 © FLC/ADAGP © Paul kozlowski 1997 © FLC/ADAGP

Un millier d'habitants profitent du cadre atypique et coloré de la Cité radieuse, mais elle attire aussi de plus en plus de touristes depuis son inscription, en 2016, au patrimoine mondial de l'Unesco. "La Cité radieuse" traverse le temps et marque l'empreinte d'un visionnaire utopiste.

© Paul kozlowski 1997 © FLC/ADAGP © Paul kozlowski 1997 © FLC/ADAGP

Un lieu de vie qui se visite

Lieu de vie mais aussi lieu d'histoire, l'office de tourisme de Marseille propose aux curieux des visites guidées de la Cité Radieuse. Les particuliers qui se rendent individuellement sur place peuvent visiter gratuitement l'immeuble tous les jours de 9h à 18h  "Il y a une forme de recréation d'une norme", souligne un visiteur. Les architectes d'aujourd'hui sont aussi sous le charme de tous les petits détails ingénieux présents dans les appartements.  

Faite pour des hommes, faite à l’échelle humaine, dans la robustesse des techniques modernes, manifestant la splendeur nouvelle du béton brut, pour mettre les ressources sensationnelles de l’époque au service du foyer

Le Corbusier
Cet ensemble classé au patrimoine mondial de l'Unesco représente une des cinq unités d'habitation construites par Le Corbusier, les autres étant situées à Rézé, Firminy, Briey et Berlin. 


Par Odile Morain

@Culturebox

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle