Les robes sculptures de Noureddine Amir à la Fondation Bergé-Saint Laurent

Mis à jour le 06/12/2016 à 6H30, publié le 06/03/2016 à 10H48

Pierre Bergé consacre une exposition aux oeuvres de Noureddine Amir. Les créations de ce couturier marocain prennent des allures de sculptures contemporaines. Elles sont façonnées à partir de mélanges de textures, d'étoffes et de fils qui composent le tissu. Ici la forme naît de la matière. Des expérimentations à découvrir dès le 9 mars à la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent à Paris.

"J’accumule une montagne de matières. Ensuite, je touche, je mélange, j’expérimente... Je commence par le milieu, le ventre autour duquel se crée la robe. Et, je ne sais jamais à quel moment j’arrête. La forme se crée d’elle-même. Elle naît de la matière" explique Noureddine Amir.
1 / 7 Les robes sculptures : Haik, raphia teinté et enveloppé de mousseline

"J’accumule une montagne de matières. Ensuite, je touche, je mélange, j’expérimente... Je commence par le milieu, le ventre autour duquel se crée la robe. Et, je ne sais jamais à quel moment j’arrête. La forme se crée d’elle-même. Elle naît de la matière" explique Noureddine Amir.

© CRINGUTA PINZARU
Ce couturier marocain crée des tenues aux allures de sculptures contemporaines mettant à l’honneur les coupes longues, les lignes épurées et les effets de matières.
2 / 7 Les robes sculptures : tubes en mousseline de soie remplis de sabra

Ce couturier marocain crée des tenues aux allures de sculptures contemporaines mettant à l’honneur les coupes longues, les lignes épurées et les effets de matières.

© CRINGUTA PINZARU
Si ses collections sont caractérisées par un grand sens de la sophistication et du détail, il choisit également les tissus avec soin. Surtout, il joue avec les textures allant jusqu’à créer sa propre matière première : à partir de raphia, de tissus imprimés au henné ou de toile de jute qu’il adjoint à de la mousseline de soie ou à de l’organza, il façonne ses vêtements à la manière d’un sculpteur.
3 / 7 Les robes sculptures : toile de jute, bordure en mousseline de soie bleue

Si ses collections sont caractérisées par un grand sens de la sophistication et du détail, il choisit également les tissus avec soin. Surtout, il joue avec les textures allant jusqu’à créer sa propre matière première : à partir de raphia, de tissus imprimés au henné ou de toile de jute qu’il adjoint à de la mousseline de soie ou à de l’organza, il façonne ses vêtements à la manière d’un sculpteur.

© CRINGUTA PINZARU
Né en 1967 à Rabat, Noureddine Amir vit et travaille à Marrakech. Diplômé d’Esmod en 1996, ses premières années de création sont marquées par sa collaboration avec l’artiste iranienne Shirin Neshat pour qui il crée de nombreux costumes.
4 / 7 Les robes sculptures : tubes d’organza remplis de fil de laine

Né en 1967 à Rabat, Noureddine Amir vit et travaille à Marrakech. Diplômé d’Esmod en 1996, ses premières années de création sont marquées par sa collaboration avec l’artiste iranienne Shirin Neshat pour qui il crée de nombreux costumes.

© CRINGUTA PINZARU
À partir de 2001, Noureddine Amir se consacre principalement aux défilés marocains, notamment celui de Casablanca dédié au caftan à l’occasion duquel il se distingue en présentant une collection de haïks très remarquée. 
5 / 7 Les robes sculptures : robe caftan en Raphia teint au henné

À partir de 2001, Noureddine Amir se consacre principalement aux défilés marocains, notamment celui de Casablanca dédié au caftan à l’occasion duquel il se distingue en présentant une collection de haïks très remarquée. 

© CRINGUTA PINZARU
Depuis 2003, ses créations ont été exposées au Musée de la Mode à Anvers (MOMU), au Musée des Beaux-Arts de Lille (2004) et dans le cadre de l’exposition "Le Maroc contemporain" à l’Institut du Monde Arabe (2014-2015). C'est la première exposition en France à lui être entièrement consacrée.
6 / 7 Les robes sculptures : spirale de tubes d’organza remplis de raphia

Depuis 2003, ses créations ont été exposées au Musée de la Mode à Anvers (MOMU), au Musée des Beaux-Arts de Lille (2004) et dans le cadre de l’exposition "Le Maroc contemporain" à l’Institut du Monde Arabe (2014-2015). C'est la première exposition en France à lui être entièrement consacrée.

© CRINGUTA PINZARU
Exposition "Les robes sculptures de Noureddine Amir" du 9 mars au 3 avril 2016. Fondation Pierre Bergé -Yves Saint-Laurent. 3, rue Léonce Reynaud. 75016 Paris. Tous les jours sauf le lundi de 11h à 18h. Entrée libre. www.fondation-pb-ysl.net
7 / 7 Les robes sculptures : bustier en tubes de mousseline de soie remplis de laine

Exposition "Les robes sculptures de Noureddine Amir" du 9 mars au 3 avril 2016. Fondation Pierre Bergé -Yves Saint-Laurent. 3, rue Léonce Reynaud. 75016 Paris. Tous les jours sauf le lundi de 11h à 18h. Entrée libre. www.fondation-pb-ysl.net

© CRINGUTA PINZARU

Par Corinne Jeammet

@CocoJeammet

Journaliste, responsable de la rubrique Mode de Culturebox

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle