Tout le week-end, Nancy accueille quelque 600 écrivains pour Le Livre sur la place, premier salon littéraire de la rentrée
Tout le week-end, Nancy accueille quelque 600 écrivains pour Le Livre sur la place, premier salon littéraire de la rentrée © Alexandre Marchi / PhotoPQR / L'Est Républicain / MAXPPP

Nancy : 600 écrivains attendus au 39e festival Livre sur la place

Publié le 08/09/2017 à 14H34

La plupart des romanciers de la rentrée se retrouvent à partir de vendredi à Nancy pour la 39e édition du Livre sur la Place, le premier grand rendez-vous littéraire de la saison, pour une centaine de débats, la remise de six prix littéraires, en présence des dix membres du jury du prix Goncourt.

Des rencontres inédites avec quelque 600 écrivains dont le prix Nobel de littérature turc Orhan Pamuk sont au programme du festival nancéien Le Livre sur la Place jusqu'à dimanche.
 
Des auteurs populaires comme Amélie Nothomb, Sorj Chalandon ou Eric-Emmanuel Schmitt seront sur place aux côtés de primo-romanciers encore peu connus comme Jean-Baptiste Andrea ("Ma Reine", L'Iconoclaste) ou Thomas Flahaut ("Ostwald", L'Olivier).
 
La manifestation est totalement gratuite et avait attiré l'an dernier quelque 175.000 personnes.

Jean-Christophe Rufin va rencontrer des détenus

Nancy sera également l'occasion de voir un Académicien en prison ! Président de cette édition, Jean-Christophe Rufin doit en effet se rendre samedi matin au centre pénitentiaire de Nancy-Maxéville pour y rencontrer des détenus. L'une des bibliothèques du centre sera baptisée du nom de l'auteur des "Causes perdues" et du "Tour du monde du roi Zibeline".
 
Le livre c'est aussi la bande dessinée. Le musée des Beaux-Arts de Nancy célèbrera le neuvième art avec des auteurs comme Bastien Vivès, 33 ans, le surdoué de la BD française, auteur récemment d'"Une soeur", mais aussi de "Polina" ou de la série "Lastman" avec ses complices Balak et Michaël Sanlaville.
 
Le Genevois Zep, créateur de Titeuf (dont le dernier opus, "A fond le slip !" est en tête des ventes de livres en France tous genres confondus), sera lui aussi à Nancy.

Sébastien Spitzer va recevoir le prix Stanislas du premier roman

Du côté des récompenses, le primo-romancier Sébastien Spitzer doit recevoir le prix Stanislas du premier roman pour "Ces rêves qu'on piétine" (L'Observatoire), récit hallucinant sur les derniers jours de Magda Goebbels, l'épouse du chef de la propagande nazie, qui se suicida avec ses six enfants dans le bunker d'Hitler dans les derniers jours de la guerre.
 
Publié le 23 août, "Ces rêves qu'on piétine" est le premier roman de la première rentrée littéraire des Éditions de l'Observatoire, une nouvelle maison du groupe Humensis né en 2016 de la fusion entre Belin et les Puf.

Le prix des libraires de Nancy à Alice Zeniter

Prix extrêmement convoité et souvent présenté comme l'antichambre du prix Goncourt, le prix des libraires de Nancy récompensera quant à lui la jeune romancière Alice Zeniter pour "L'art de perdre" (Flammarion), un récit puissant sur les non-dits de la guerre d'Algérie racontant avec une rare empathie le destin d'une famille française dont le grand-père fut harki.
 
"L'art de perdre" est le 5e roman de la romancière, âgée seulement de 31 ans, et dont le palmarès littéraire est déjà impressionnant: prix de la Closerie des Lilas et prix du livre Inter en 2013, prix Renaudot des lycéens en 2015. 
 
Le prix des libraires de Nancy a prédit trois fois d'affilée le futur Goncourt. Cela a été le cas en 2013 avec Pierre Lemaitre pour "Au revoir là-haut" (Albin Michel), en 2014 avec Lydie Salvayre pour "Pas pleurer" (Seuil) et en 2015 avec Mathias Enard pour "Boussole" (Actes Sud).
 
L'an dernier, le prix des libraires de Nancy avait été décerné à Jean-Baptiste Del Amo pour "Règne animal" (Gallimard), récompensé ensuite par le prix du livre Inter.

Cinq écrivains sélectionnés et pour le Goncourt et pour le Renaudot 

Déjà lauréate depuis mercredi du prix littéraire du journal Le Monde, Alice Zeniter figure à la fois dans la sélection du Goncourt et celle du Renaudot, toutes deux dévoilées cette semaine.
 
Quatre autres écrivains sont dans ce cas. La jeune romancière d'origine algérienne Kaouther Adimi ("Nos richesses", Seuil), Jean-François Désérable ("Un certain M. Piekielny", Gallimard), Olivier Guez ("La Disparition de Josef Mengele", Grasset) et Philippe Jaenada ("La serpe", Julliard) font partie des rares écrivains à la fois en lice pour le Goncourt et le Renaudot et ils seront évidemment à Nancy de vendredi à dimanche.
 

Par Culturebox (avec AFP)

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle