La romancière Asli Erdogan, figure de l'opposition en Turquie, ici en février 2017.
La romancière Asli Erdogan, figure de l'opposition en Turquie, ici en février 2017. © OZAN KOSE / AFP

La romancière Asli Erdogan recouvre son passeport et peut se rendre en Europe

Publié le 08/09/2017 à 15H57

Elle est la romancière turque la plus lue à l'étranger. Asli Erdogan, a pu récupérer son passeport le 7 septembre et devrait se rendre prochainement en Europe, plus de deux mois après la levée d'une interdiction de voyage dont elle faisait l'objet, a indiqué vendredi 8 septembre son avocat.

Asli Erdogan avait été remise en liberté sous contrôle judiciaire fin décembre après plus de quatre mois en détention provisoire pour avoir collaboré au journal prokurde Ozgür Gündem, fermé par décret-loi en octobre, car accusé de "propagande terroriste".

Une levée d'interdiction de voyage qui était sans effet

En juin, un tribunal turc avait levé l'interdiction de quitter le pays qui lui était imposée depuis sa remise en liberté, mais elle n'avait pas pu récupérer son passeport puisque son nom figurait toujours sur une liste des personnes interdites de voyager à cause de leurs liens supposés avec des organisations considérées comme "terroristes" par Ankara.

Asli Erdogan a finalement pu obtenir son passeport jeudi 7 septembre et devrait entamer des démarches pour obtenir un visa afin de se rendre en Europe et se faire remettre plusieurs prix littéraires qui lui ont été décernés, a expliqué à l'AFP son avocat, Me Erdal Dogan. "Elle peut désormais voyager, mais elle doit d'abord obtenir un visa", a dit ce dernier.

Des prix littéraires l'attendent en Europe

L'ONG Pen International, qui défend la liberté d'expression dans le monde, avait lancé le 1er septembre un appel pour la levée des restrictions empêchant Asli Erdogan de se rendre à l'étranger. La romancière, qui n'a aucun lien de parenté avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, était notamment attendue en Allemagne pour se faire remettre le prestigieux Prix de la paix Erich Maria Remarque, selon Pen International.

Le procès d'Asli Erdogan, 50 ans, se poursuit en dépit de sa remise en liberté sous contrôle judiciaire et elle risque la prison à vie. La prochaine audience doit avoir lieu le 31 octobre. Son arrestation et sa détention pendant 132 jours avaient provoqué une vague d'indignation en Turquie et en Occident, qui s'inquiète des restrictions imposées à la liberté d'expression depuis le putsch manqué de juillet 2016 suivi de purges sans précédent.

Par Culturebox (avec AFP)

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle