L'écrivain Marc Levy en septembre 2016.
L'écrivain Marc Levy en septembre 2016. © MIRCO TONIOLO/AGF/SIPA

Avec le nouveau Marc Levy, la guerre des best-sellers de l'été peut démarrer

Publié le 20/04/2017 à 17H56

Trois semaines après la sortie d'"Un appartement à Paris" (XO) de l'écrivain préféré des Français, Guillaume Musso, c'est au tour de Marc Levy de dégainer jeudi avec "La dernière des Stanfield", un thriller sur un secret de famille qui se savoure sur un air des Beatles.

Même s'il ne caracole plus en tête des ventes, place occupée depuis six ans par Musso, Marc Levy, 55 ans, reste un poids-lourd des lettres françaises.
Son roman, comme celui de Guillaume Musso - "Un appartement à Paris" - actuellement en tête des meilleures ventes de livres en France, est quasiment assuré d'être un des best-sellers de l'été.

"La dernière des Stanfield", 18e opus de Marc Levy en 17 ans d'écriture

En 2016, Marc Levy a été l'un des trois auteurs français à avoir écoulé plus d'un million d'exemplaires de ses romans (derrière Guillaume Musso et Michel Bussi). Selon son éditeur, Robert Laffont/Versilio, Marc Levy demeure l'auteur français contemporain le plus lu à l'étranger. Traduit en 49 langues, ses romans se sont vendus à quelque 50 millions d'exemplaires dans le monde.

© Robert Laffont/Versilio © Robert Laffont/Versilio


"La dernière des Stanfield", son 18e opus en 17 ans d'écriture, qui bénéficie d'un tirage initial de 400.000 exemplaires, chiffre exceptionnel dans l'édition française, entraîne le lecteur au coeur d'un mystère qui hante trois générations, de la France occupée de l'été 1944, à Baltimore dans les années 1980 jusqu'à Londres et Montréal de nos jours.

Les Beatles en toile de fond

L'héroïne s'appelle Eleanor-Rigby comme l'un des titres de l'album "Revolver" des Beatles. Un autre personnage essentiel a comme prénom George-Harrison.
Ces deux-là vont partir à la recherche de leurs racines après avoir reçu une lettre anonyme. Marc Levy jongle avec adresse entre les personnages (le personnage de Michel, le frère d'Eleanor-Rigby, probablement atteint du syndrome d'Asperger, est particulièrement soigné) et les époques. Il tisse sa toile patiemment, trop patiemment parfois, tant l'impatience d'en savoir davantage grandit au fur et à mesure de la lecture.

Au final, Marc Levy offre à ses lecteurs un beau roman sur l'amour (notamment entre femmes) et la filiation. Nous ne sommes pas prêts d'oublier la complexe Hanna, rousse aux "yeux bleus foudroyants", adolescente juive traquée par les nazis devenue mère redoutable d'une famille patricienne. Fils de résistant communiste, une histoire familiale racontée dans "Les enfants de la liberté", Marc Levy excelle à nous faire croire qu'on ne devrait jamais douter de la bonté et du pardon.

Par Culturebox (avec AFP)

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle