Arte Flamenco 2017
Arte Flamenco 2017 © Arte flamenco

"29e Festival Arte Flamenco" de Mont-de Marsan, les douze temps de la passion

Mis à jour le 04/07/2017 à 23H18, publié le 04/07/2017 à 11H08

Depuis 28 ans, une semaine par an, la préfecture des Landes se rêve andalouse. Année après année, grâce à beaucoup de passion, de connaissance et de respect pour les artistes, Mont-de-Marsan a hissé son festival parmi les 2 ou 3 meilleurs du monde flamenco, tout à coté des références sévillane ou madrilène. Le public, mélange de passionnés et de curieux est une pièce essentielle de ce succès.

Tous les étés, la ville de Mont-de-Marsan apprend à compter jusqu'à 12. Douze, comme les douze temps du cycle rythmique de base de cet art complexe (ça a l'air simple mais ça peut prendre une vie à saisir). La Douze, c’est aussi le nom de la rivière qui passe ici. Curieuse analogie.

Depuis 28 ans, toutes les idoles et les stars du flamenco se sont arrêtées ici. Camaron de la Isla, Rancapino, Pedro Bacan, El Pele ou Antonio Canales: la liste de ceux qui sont venus est bien plus longue à établir que celle de ceux qui n’ont jamais foulé la prestigieuse scène de ce festival. La programmation pourrait ressembler à la recette d’une paella: beaucoup de bons produits, pour tous les goûts, et une cuisson lente et pleine de gourmands impatients.

Patricia Guerrero la nouvelle star du baile flamenco sera à Mont-de Marsan. © Sud-Ouest Patricia Guerrero la nouvelle star du baile flamenco sera à Mont-de Marsan. © Sud-Ouest

La scène du Café Cantante, pour les spectacles tous les soirs, où l'on peut entendre et voir ce qui se fait de mieux, ne fait pas oublier les spectacles gratuits de l’après-midi. Les organisateurs, auraient y pu jouer la facilité avec des shows de flamenco de plage pour non-initiés. Ce n’est absolument pas le cas. Et comment ne pas être ému et impressionné par ces foules de néophytes qui découvrent avec enthousiasme la beauté de cet art savant et populaire à la fois?

Festival Arte Flamenco, les spectacles gratuits de l’après-midi. © Sud-Ouest Festival Arte Flamenco, les spectacles gratuits de l’après-midi. © Sud-Ouest

Dans la matinée, dans des salles de classe souvent surchauffées, des dizaines de français et de françaises suivent les stages de danse et de guitare que sont venus dispenser d’authentiques maestros généreux et pédagogues.

Les stages du festival Arte Flamenco © dmdm Les stages du festival Arte Flamenco © dmdm

Et je ne dois pas oublier les animations pour enfants, les expositions photos (souvent remarquables) les conférences et bien sûr les nuits flamencas, improvisées au hasard des rencontres. Mais là, pour assister à ces moments secrets de grâce spontanée, pas de billets à vendre, juste une question de patience, de chance et de respect. Les aficionados me comprendront.

"Arte Flamenco" est aussi un parfait panorama des tendances, évolutions et trouvailles du flamenco professionel contemporain. Le festival, dirigé d'une main experte par Sandrine Rabassa, reste aussi à l'affût de tout ce qui se fait de mieux et de plus audacieux. Cette année n’échappe pas à la règle de cette exigence audacieuse avec la venue du chanteur "puro" Pedro El Granaino et de la modernité avec la danseuse Patricia Guerrero de Grenade.

Le chanteur Pedro el Granaino, révélation du Cante flamenco © Tony Blanc Le chanteur Pedro el Granaino, révélation du Cante flamenco © Tony Blanc

Dans le flamenco tout est affaire de famille. Il y a les Pinini de Lebrija, les Moneo de Jerez, les Mendez ou encore les Habichuela. Ce sont eux les gardiens et les protecteurs de la pureté de cet art. Mont-de- Marsan a toujours compris et respecté cette règle d’airain. Jeudi 6 juillet, ce sont les Habichuela, dynastie admirable de guitaristes et de chanteurs de Grenade qui feront écouter leur manière unique d’articuler et de faire sonner cet art gitan inimitable.
Place de la mairie - en plus bruyant, mais très réjouissant, les nuits de la bodega - autre lieu incontournable du festival, où se donne à entendre, dans une ambiance bonne enfant, et gratuitement, un spectacle différent chaque soir. Et pour prolonger la nuit jusqu’aux premières heures de l’aube, si le cœur vous en dit, le guitariste percussionniste Juan Manuel Cortes offre aux aficionados l’opportunité de vérifier sur scène s’ils ont bien compris les leçons du jour.  
Attention délicate des organisateurs qui en dit long sur leur philosophie, chaque concert des stars et vedettes, sur la grande scène, est retransmis sur écran géant dans l’arrière salle du café cantante pour un prix d’entrée très modeste. Tout est dit. L’année prochaine le Festival aura 30 ans. Il paraît que c’est le plus bel âge.

► Sortir avec desmotsdeminuit.fr

► Toute la discothèque dmdm

 nous écrire, s'abonner à la newsletter: desmotsdeminuit@francetv.fr

► La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.

► @desmotsdeminuit

Par Michel Mompontet

@Culturebox

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle