Alix O. illustration

Alix O.: Pépé se fait la malle…

Mis à jour à 17h41, publié le 17/07/2017 à 12H00

"De New-York à Paris, en passant par bien d’autres lieux. J'ai découvert des gens, et des objets magiques qui, dans de minuscules éraflures, conservent les marques du temps. J'ai réalisé les portraits de ceux qui protègent ces empreintes de la disparition. Avec l'image de cette trace, j'ai préservé la mémoire de l’oubli." H. B.

© Hervé Bacquer © Hervé Bacquer

En 1906, mon arrière grand-père, Adrien, quitta sa mère pour aller travailler. Il était alors âgé de 17 ans. Il mit toutes ses affaires dans cette malle, prit son vélo et partit en direction de Saint-Vivien.
En 1914 il dût aller faire la guerre, dans les tranchées. Il déposa alors toutes ses affaires dans cette malle et demanda à la châtelaine pour qui il travaillait de lui garder jusqu'à son retour.
Il reviendra de la guerre en 1918, aura mon grand-père en 1921.
Cette malle a toujours été prés de moi, coffre à jouets, coffre de pirate…
Elle me suit dans tout mes déménagements.

Alix O., juin 2017 – Bordeaux

© Hervé Bacquer © Hervé Bacquer

 

Alix O. autographe ©

© "Le Laboratoire de Lumière" - 2017

 Mémoire d'objets, la collection

 nous écrire, s'abonner à la newsletter: 
desmotsdeminuit@francetv.fr

► La page facebook desmotsdeminuit.fr Abonnez-vous pour être alerté de toutes les nouvelles publications.

► @desmotsdeminuit

Par Hervé Bacquer

@desmotsdeminuit

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle