Valentine Colasante, Marc Moreau: "In the Middle somewhat elevated" de Forsythe
Valentine Colasante, Marc Moreau: "In the Middle somewhat elevated" de Forsythe © Anne Deniau/Opéra national de Paris

Forsythe/Trisha Brown à l'Opéra Garnier : toute la puissance de la danse

Mis à jour le 06/12/2016 à 6H30, publié le 13/12/2012 à 15H35

L’Opéra Garnier propose une trois ballets de William Forsythe et un de Trisha Brown, tous spécialement créés en leur temps pour le Ballet de l’Opéra de Paris. Plus que jamais, la danse classique dévoile ici ses infinies variations. A lui seul, « In the Middle, Somewhat Elevated » de Forsythe, vaut le déplacement. Une danse jaillissante, imprévisible, vitale, qui prend littéralement aux tripes.

C’est Noureev, le visionnaire, qui passe commande à Forsythe en 1987 de « In the Middle Somewhat Elevated ». Ce ballet qui ouvre la soirée, est une synthèse des recherches de l’Américain. Tout Forsythe en 27 minutes !
 
Sur le plateau découpé entre ombre et lumière, électrisé par la musique de Thom Willems, jaillit une danse toute puissante, tranchante, virtuose. Déséquilibres permanents, mouvements déconstruits, les corps d'Alice Renavand, Vincent Chaillet et Aurélia Bellet révèlent des ressources insoupçonnées.

 « In the Middle Somewhat Elevated » est l’une des œuvres les plus célèbres de Forsythe, les danseurs de l’Opéra de Paris s'y donnent corps et âme. Leur performance, la beauté de cette danse abstraite, hypnotisent le public. 
 

Les deux autres ballets de Forsythe sont plus minimalistes. "Woundwork" est un exercice de style qui met en scène un quatuor de danseurs de haut vol. Isabelle Ciaravola, Nicolas Le Riche, Agnès Letestu et Hervé Moreau se toisent à deux ou à quatre. Ah la grâce et les bras de Letestu !

Agnès Letestu et Hervé Moreau dans Woundwork 1 de Forsythe © Opéra national de Paris Agnès Letestu et Hervé Moreau dans Woundwork 1 de Forsythe © Opéra national de Paris


Pas./Parts est une réflexion sur l’individu et le groupe. La quinzaine d’interprètes enchaine une succession de solos, duos ou trios. Une oeuvre insolente mais plus répétitive, moins guerrière que « In the Middle ».
 

Pas./Parts de Forsythe © Opéra national de Paris Pas./Parts de Forsythe © Opéra national de Paris


Le ballet de  de Trisha Brown ( « Ozlozony/ O Composite) est une parenthèse de douceur dans ce programme, un pas de trois qui réunit 3 star de la danse, Aurélie Dupont, Nicolas Le Riche et Jérémie Bélingard (rien que ça !). Un hymne à l’harmonie, à la cohabitation des styles..

Cette soirée de danse contemporaine, pointue et tranchante comme un diamant est la démonstration, s’il le fallait encore, de la virtuosité du corps de ballet de l’Opéra de Paris, l’un des tout meilleurs au monde aujourd’hui.
 
Forsythe/Brown au Palais Garnier jusqu’au 31 décembre.
Tèl : 08 92 89 90 90
 

 

Par Sophie Jouve

@sophiejouve1

Rédactrice en chef adjointe de Culturebox, responsable de la rubrique Théâtre-Danse

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle