Audrey Azoulay, en 2016
Audrey Azoulay, en 2016 © MIGUEL MEDINA / AFP

Direction de l'Unesco : la candidate française sera opposée au Qatari

Mis à jour le 13/10/2017 à 15H12, publié le 12/10/2017 à 11H04

Le dernier tour de l'élection du prochain directeur général de l'Unesco opposera vendredi soir à Paris le représentant du Qatar Hamad bin Abdoulaziz Al-Kawari à la française Audrey Azoulay, a-t-on appris de source diplomatique. Lors d'un vote intermédiaire en début d'après-midi, la candidate française a été sélectionnée face à l'Egyptienne Moushira Khattab, par 31 voix contre 25.

Ce nouveau vote pour l'élection du prochain directeur général de l'organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture s'est tenu vendredi midi.

Trois candidats restaient en lice vendredi matin, quand ils n'auraient dû être que deux pour le vote final. Mais derrière le représentant du Qatar Hamad bin Abdoulaziz Al-Kawari (22 voix) qui a fait la course en tête toute la semaine, deux candidates se sont placées ex-aequo jeudi soir, avec 18 suffrages chacune : la Française Audrey Azoulay et l'Egyptienne Moushira Khattab. 

Un scénario inédit qui a contraint l'organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture dont le siège est à Paris à organiser une sorte de vote intermédiaire pour départager les deux candidates. 
 

Le conseil exécutif de 58 pays membres désigne celui ou celle qui succèdera à la Bulgare Irina Bokova, qui achève deux mandats marqués par des dissensions politiques et les difficultés financières de l'organisation. Il vote chaque jour depuis lundi. 

Besoin de réforme

Ce choix sera ensuite soumis à l'approbation de la conférence générale des 195 États membres le 10 novembre. Les candidats ont mené une campagne intense ces derniers mois pour gagner des promesses de vote auprès des 58 membres du conseil.

La plupart des candidats initialement en piste, notamment les trois du peloton de tête, ont promu des thèmes communs : une approche multilatérale des problèmes, un besoin de réformes, l'accent à mettre sur l'éducation et les apprentissages tout au long de la vie, déjà premier poste budgétaire de l'Unesco. Les pays arabes ont aussi de leur côté revendiqué fermement la direction générale, pointant que leur groupe n'avait jamais occupé le poste. Néanmoins ils sont arrivés divisés sur la ligne de départ, avec initialement quatre candidatures.

Par Culturebox (avec AFP)

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle