Le siège de l'Unesco à Paris
Le siège de l'Unesco à Paris © CHAMUSSY/SIPA

Après les Etats-Unis, Israël se retire aussi de l'UNESCO

Mis à jour à 21h06, publié le 12/10/2017 à 19H26

Ce jeudi 12 octobre, après le retrait des Etats-Unis, c'est Israël qui a annoncé se retirer de l'Unesco. La raison invoquée : le parti pris anti-israélien, à ses yeux, de l'organisation onusienne devenue un "théâtre de l'absurde".

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu "a donné pour instruction au ministère des Affaires étrangères de préparer le retrait d'Israël de l'organisation, parallèlement aux Etats-Unis", a annoncé son bureau dans un communiqué. "L'Unesco est devenue le théâtre de l'absurde où l'on déforme l'histoire au lieu de la préserver", a-t-il ajouté.

Le retrait américain, une décision "courageuse et morale" selon Israël

Les Etats-Unis ont annoncé ce jeudi 12 octobre leur retrait de l'Unesco au 31 décembre 2018, arguant des motifs financiers mais aussi des supposés "préjugés anti-israéliens" de l'organisation de l'Onu.

Aussitôt, la décision américaine est "courageuse et morale", a estimé le chef du gouvernement israélien dans un communiqué. "Nous entrons dans une nouvelle ère aux Nations unies : celle où, quand on pratique la discrimination contre Israël, il faut en payer le prix", a dit dans un communiqué Danny Danon, ambassadeur d'Israël auprès des Nations unies.

L'Unesco, un "champ de bataille"

"L'Unesco est devenue un champ de bataille pour dénigrer Israël, négligeant son rôle et son propos véritables. La décision prise aujourd'hui (par les Etats-Unis) marque un tournant pour l'Unesco : les résolutions absurdes et honteuses adoptées par cette organisation contre Israël ont des conséquences", a-t-il ajouté. L'Etat Hébreu était membre de l'organisation des Nations unies depuis 1949.

Par Culturebox (avec AFP)

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle