Jean-Louis Trintignant au festval de Cannes, mai 2017
Jean-Louis Trintignant au festval de Cannes, mai 2017

Jean-Louis Trintignant annonce qu'il souffre d'un cancer

Publié le 07/09/2017 à 12H28

L'acteur Jean-Louis Trintignant, âgé de 86 ans, souffre d'un cancer, fait-il savoir dans une interview au magazine Première de septembre.

"Avant j'avais peur du cancer. Plus maintenant, j'en ai un!", confie le comédien, à l'affiche du dernier film du réalisateur autrichien Michael Haneke, "Happy End" qui l'avait déjà dirigé dans "Amour". "Quand je signe des autographes -comme je ne vois plus grand-chose, c'est difficile mais bon -je signe 'Jean-Louis Trintignant' et je précise en dessous 'à la fin de sa vie'", plaisante-t-il, sans donner plus de précisions sur sa maladie.

"Je devrais m'arrêter, mais je ne veux pas. Les moments les plus heureux de ma vie, c'est quand je travaille"

Au festival de Cannes, où "Happy End" était en compétition, il avait expliqué vouloir reprendre en décembre au théâtre Antoine à Paris puis l'an prochain aux Célestins à Lyon le spectacle donné au printemps à la salle Pleyel à Paris avec l'accordéoniste Daniel Mille et un quatuor à cordes.

"Je devrais m'arrêter, mais je ne veux pas. Les moments les plus heureux de ma vie, c'est quand je travaille, quand je fais du théâtre", confiait-il. Jean-Louis Trintignant a toujours mené en parallèle sa carrière au cinéma et au théâtre. Il a joué aux côtés de Brigitte Bardot, dans "Et Dieu créa la femme", de Roger Vadim, ou encore d'Anouk Aimée dans "Un homme et une femme" de Claude Lelouch et a fait plus de 120 films.

"Les drogues m'on fait du bien"

A la fin des années 1990, il avait commencé des récitals poétiques avec sa fille Marie, morte en 2003 des coups portés par son compagnon Bertrand Cantat. "J'aurais pu arrêter ma vie à ce moment-là", avait-t-il dit. Mais poussé par ses proches, il est remonté sur scène, trouvant une "thérapie" dans le théâtre et la poésie.

Dans cette interview accordée au magazine Première, Jean-Louis Trintignant confie aussi que  les drogues aussi lui ont "fait du bien" pour "surpasser sa timidité". Si je n'avais pas fumé des pétards, je serais toujours le type seul, au fond de la pièce. Je ne veux pas faire l'apologie des drogues douces, surtout, mais je dois avouer que Bardot et les drogues, ça m'a aidé oui." 

Jean-Louis Trintignant n'a pas précisé la nature de son cancer.

Par Culturebox (avec AFP)

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle