Fanny Ardant invitée sur le plateau du journal de F2 pour évoquer son rôle de transsexuelle dans "Lola pater"
Fanny Ardant invitée sur le plateau du journal de F2 pour évoquer son rôle de transsexuelle dans "Lola pater" © France 2 / Culturebox

Fanny Ardant, vibrante dans le rôle de la transsexuelle "Lola Pater"

Publié le 07/08/2017 à 16H09

Fanny Ardant revient au cinéma dans un vrai rôle de composition avec "Lola Pater". Le cinquième film de Nadir Moknèche raconte l'histoire d'un jeune homme à la recherche de son père. Il va le retrouver, mais dans le corps d'une femme. Une histoire pleine de pudeur dans laquelle Fanny Ardant incarne avec délicatesse cette superbe transsexuelle. Le film sort en salles ce mercredi 9 août.

"Lola Pater", le nouveau film de Nadir Moknèche questionne la notion du genre mais aussi celui de la paternité. Incarnée par Fanny Ardant, Lola est une belle et grande femme qui dirige une école de danse orientale. Mais avant d'être femme, Lola était Farid marié et père d'un garçon. 19 ans après, Zino son fils (Tewfik Jallab), débarque dans sa nouvelle vie et découvre un "père-femme". 

Invitée sur le plateau du journal de France 2, Fanny Ardant évoque le personnage de cette magnifique transsexuelle. 

On devient comédienne pour l'excitation du moment présent. Le rideau qui s'ouvre et qui vous dit "Allez, c'est maintenant ou jamais ..."


Un rôle de composition au coeur de l'être humain 

Pour ce cinquième film, le réalisateur Nadir Moknèche s'est inspiré d'amis transsexuels et de la mort prématurée de son père. Tout au long de ses films ("Goodbye Morrocco","Viva Laldjérie", "Délice Paloma") il interroge les liaisons scandaleuses et les univers interlopes d'Alger et la notion de filiation encore plus présente dans "Lola Pater". 

Mieux vaut avoir un père vivant en femme, qu'un père mort en homme

Nadir Moknèche - Réalisateur

La prouesse de Fanny Ardant dans "Lola Pater" est de parvenir à faire oublier sa féminité. Un vrai rôle de composition pour la comédienne. "Je crois que ça commence avec une histoire, une histoire assez émotionnelle, forte, très bien racontée. À partir de ce moment-là, que vous soyez un homme ou une femme, ce qu’on va voir, c’est l’être humain avec la force émotionnelle, avec la quête", confie-t-elle. 

Que tu le veuilles ou non, je reste ton père

"Lola Pater" de Nadir Moknèche

La muse Ardant s'amuse encore

Elle a été "La Femme d'à côté" de François Truffaut, l'Eva très volubile qui "préfère diner avec des travestis qu'avec des cafards" de "Pédale Douce", une fille libérée dans "Huit Femmes" de François Ozon, à 68 ans et presque autant de films, Fanny Ardant poursuit son incroyable parcours.

Je rentre dans un film comme si je m'enfonçais dans l'obscurité et puis après il y a des évidences...

Fanny Ardant
Les rôles se suivent sans jamais se ressembler. Dans "Lola Pater", elle franchit un nouveau cap. "Elle a lu le scénario en trois, quatre jours", confie le réalisateur Nadir Moknèche. "On s’est vus. Je me souviens de sa silhouette lors de notre premier rendez-vous, son allure, son foulard, ses lunettes. Je me suis dit c’est Lola" 
Ouverte sur le monde et les idées, Fanny Ardant explore une fois encore l'immense richesse du métier d'acteur. 

J’aimais l’idée que moi, Fanny, je pouvais entrer dans une nouvelle nationalité, une nouvelle appartenance sexuelle, que l’être humain est beaucoup plus mouvant, que les frontières sont moins définies qu’on pense

La belle rencontre de Tewfik et Fanny   

Pour incarner ce fils à la recherche d'un père disparu, Nadir Moknèche a choisi le jeune comédien Tewfik Jallab. Complices sur le tournage, les deux acteurs sont très admiratifs du travail de chacun. "Elle a une force tranquille et elle est surtout très très drôle", confie le comédien. Une amitié et une confiance saluée par Fanny Ardant. "Il m'apprend beaucoup de choses, j'étais fière d'avoir un fils comme lui dans le film de Nadir Moknèche. Il est drôle, intelligent, rapide, insolent", dévoile-t-elle. 

Fanny Ardant et Tewfik Jallab  © ARP Sélection Stars Fanny Ardant et Tewfik Jallab  © ARP Sélection Stars

Mettre en scène Depardieu

Comédienne mais aussi réalisatrice, Fanny Ardant a mis en scène récemment "Le Divan de Staline". Dans le rôle du dictateur russe, elle choisit son ami de toujours, Gérard Depardieu. Un monstre du cinéma, "un être humain riche, contradictoire, fragile et puissant " qu'elle dompte de sa voix de velours. 

Depardieu c'est comme un Stradivarius, capable de trouver la bonne nuance là où on lui dit. C'est un danseur de cordes !

Depardieu dans "Le divan de Staline" © Alfama Films Depardieu dans "Le divan de Staline" © Alfama Films

Jeanne Moreau : l'irrévérence élégante

Grande lectrice et passionnée par l'art du décalage, Fanny Ardant évoque une autre diva du 7e art. Jeanne Moreau disparue le 31 juillet dernier. "J'ai beaucoup de souvenirs d'elle, mais il y avait quelque chose dans Jeanne, d'irréductible, d'intelligente, moqueuse et énergique, elle provoquait la vie et la dialectique", dit-elle avec beaucoup d'admiration. 

Quand je pense à Jeanne, je me dis que les grandes actrices ne meurent jamais. Le meilleur d'une actrice, ce sont ses films

© ARP Sélection © ARP Sélection

"Lola Pater",  film français de Nadir Moknèche avec Fanny Ardant, Tewfik Jallab, Nadia Kaci, Lubna Azabal - Sortie le 9 aout 2017 - Durée 1h37

Fils d’immigrés algériens, Zino a grandi persuadé que Farid, son père, les a abandonnés, sa mère et lui. A la mort de cette dernière, il apprend par le notaire que Farid n’est pas retourné en Algérie, mais qu’il réside encore en France, quelque part en Camargue. En plus, contrairement à ce qu’il croyait, ses parents n’auraient jamais divorcé. Décidé à en savoir plus, Zino part en moto sur les traces de son père dans le Sud de la France. A l’adresse de celui-ci, il rencontre Lola, professeure de danse orientale. Cette dernière finit par lui avouer qu’elle est Farid. Zino a du mal à l’accepter.

 

Par Odile Morain

@Culturebox

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle