Le film raconte l'histoire d'un producteur raté qui crée un groupe de chanteurs composé d'un rabbin, d'un imam et d'un curé.
Le film raconte l'histoire d'un producteur raté qui crée un groupe de chanteurs composé d'un rabbin, d'un imam et d'un curé. © John Waxxx / 2017 EuropaCorp – Chez Félix – France 2 Cinéma

Avec "Coexister", Fabrice Eboué rit de la cohabitation entre les religions

Publié le 05/08/2017 à 12H22

Les tribulations d'un groupe musical composé d'un curé, d'un rabbin et d'un imam : après l'esclavage et la Françafrique, c'est à la cohabitation entre religions que le réalisateur et humoriste Fabrice Eboué s'est attaqué dans son dernier film "Coexister", présenté en avant-première à Saint-Jean-de-Luz (Pyrénées-Atlantiques).

Pour ses précédents long-métrages, Fabrice Eboué s'était associé à d'autres réalisateurs, son complice humoriste Thomas Ngijol et Lionel Steketee pour "Case Départ" (2010), puis de nouveau Steketee en 2014 pour "Le Crocodile du Botswanga". Mais c'est seul qu'il a décidé de tourner sa nouvelle comédie, dont la sortie officielle est prévue le 11 octobre. "C'est important de se challenger, je pense avoir progressé au niveau de l'image. La seule façon de s'émanciper, d'être soi dans un film, c'est d'être seul", a expliqué le réalisateur jeudi soir à l'issue de la première projection publique.

Le film narre l'histoire d'un producteur de musique à la dérive, qui cherche à renouer avec le succès commercial en montant un groupe de chanteurs constitué d'un rabbin, d'un imam et d'un curé. Une comédie avec un "fond philosophique", précise Fabrice Éboué, librement inspirée de l'histoire des "Prêtres", trois religieux français qui avaient connu le succès entre 2010 et 2014 avec plusieurs disques. "Je pense que c'est important en France de conserver des comédies qui ont aussi un discours, qui, en tout cas, peuvent apporter un débat", dit-il.

"Il faut oser" parler de la religion

Avec ce sujet de la cohabitation des trois grandes religions monothéistes en France, Fabrice Éboué sait qu'il s'expose à des critiques. "On est toujours en train de parler de l'humour des années 1980, des Desproges et compagnie. Moi, je dis qu'il faut oser. Ce film sera apprécié ou pas, mais je l'ai fait dans le respect de la foi de chacun", a-t-il assuré à Saint-Jean-de-Luz.

Dans "Coexister", Fabrice Eboué, qui joue lui-même le rôle du producteur, donne la réplique à Ramzy Bedia (l'imam), Guillaume de Tonquédec (le curé), Jonathan Cohen (le rabbin), Audrey Lamy, Mathilde Seigner ou encore Amelle Chahbi, sa compagne dans la vie comme dans son film. "C'est très éprouvant de tourner un film et d'y jouer en même temps. On sacrifie forcément sa partition d'acteur au profit de la réalisation. Je pense qu'on ne peut pas être à 100% dans les deux. Je tournerais avec grand plaisir un film dans lequel je ne jouerais pas", a souligné l'artiste.

Un spectacle après la rentrée

Après la tournée promotionnelle à travers la France qui démarrera le 21 août, puis la sortie en salles du film, Fabrice Éboué reviendra à la scène et partira en tournée dès le 14 novembre avec son nouveau spectacle. Quant à la réalisation, il "attend d'abord de voir ce que pensera le public du film, de savoir s'il a plu". "Et à partir de là, on verra si je refais un film", a-t-il confié.

Fabrice Éboué est né en 1977 à Maisons-Alfort. Il s'est fait connaître par ses prestations d'humoriste, notamment au micro d'Europe 1 de 2008 à 2014, et par ses passages dans le Jamel Comedy Club, scène comique parisienne dont il a inauguré les débuts, dès 2008, avec Thomas Ngijol notamment.

Par Culturebox (avec AFP)

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle