"Une vie Violente" de Thierry de Peretti sortira en salles le 9 août 2017
"Une vie Violente" de Thierry de Peretti sortira en salles le 9 août 2017 © Pyramide Distribution

"Une vie violente" : Thierry de Peretti filme une tragédie corse des années 90

Mis à jour le 07/06/2017 à 17H29, publié le 07/06/2017 à 10H17

Présenté dans le cadre de la Semaine de la Critique à Cannes, "Une vie Violente" de Thierry de Peretti revient sur un événement tragique de l'histoire corse. Le décès d'un jeune militant nationaliste assassiné en 2001 à Bastia. L'oeuvre très librement inspirée de la vie de Nicolas Montigny sera en salles le 9 août 2017.

Plongé au coeur des mouvements nationalistes corses dans les années 1990, le nouveau film de Thierry de Peretti était projeté en avant-première à Bastia où il a été en partie filmé. "Une Vie Violente" évoque une histoire douloureuse, celle de l'assassinat d'un jeune homme en 2001. 

S'il s'inspire d'un fait réel, la mort non-élucidée de Nicolas Montigny, Thierry de Peretti ("les Apaches" en 2013) présente son second film comme une fiction. Lors de la présentation du film aux Bastiais, Thierry de Peretti était très ému. "Le film convoque une époque douloureuse, il y a des personnes qui l'ont traversée vraiment à vif et dans leur chair", souligne-t-il. 

Reportage : M. Graziani  / J. Roeser / J. Castelli

"Une vie violente" est une immersion dans le milieu corse, la radicalisation et la "voyoucratie" des années 1990, la mort au bout du chemin. Thierry de Peretti a recruté ses comédiens sur place. Pour certains des jeunes interprètes, cette ambiance fiévreuse faisait partie de leur quotidien.

Le comédien Jean Michelangeli © Pyramide Distribution Le comédien Jean Michelangeli © Pyramide Distribution

Jean Michelangeli qui campe le personnage principal a vécu cette période, lorsqu'il était enfant. "On s'est nourris de ce qu'on savait de l'époque et on a travaillé tous ensemble pour échanger", raconte le jeune homme. 

"Une Vie Violente" film français de Thierry de Peretti - Durée 1h47 - Sortie 9 août 2017

Malgré la menace de mort qui pèse sur sa tête, Stéphane décide de retourner en Corse pour assister à l'enterrement de Christophe, son ami d'enfance et compagnon de lutte, assassiné la veille. C’est l’occasion pour lui de se rappeler les évènements qui l’ont vu passer, petit bourgeois cultivé de Bastia, de la délinquance au radicalisme politique et du radicalisme politique à la clandestinité.


Par Odile Morain

@Culturebox

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle