Elizabeth Olsen, Jeremy Renner dans "Wind River" de Taylor Sheridan
Elizabeth Olsen, Jeremy Renner dans "Wind River" de Taylor Sheridan © Metropolitan FilmExport

"Wind River", thriller westernien efficace par le scénariste de "Comencheria"

Mis à jour le 29/08/2017 à 16H12, publié le 29/08/2017 à 16H04

Prix de la mise en scène de la section "Un certain regard" du dernier Festival de Cannes, "Wind River" tient les promesses du scénariste de "Sicario" et "Comencheria". Taylor Sheridan, par ailleurs acteur dans nombre de séries ("Les Experts", "Sons of Anarchy"…) passé derrière la caméra, voit couronné dans cette reconnaissance cannoise, son talent de rénovateur du thriller américain.

la note culturebox

3
3/5


Loup solitaire

Les films de genre ont le vent en poupe, et le polar notamment, avec quelques belles réussites récentes qui reposent parfois sur l’ajout d’une couleur western comme, outre "Sicario" et "Comencheria", l’espagnol "Colère d’un homme patient". Si Taylor Sheridan creuse cette veine en situant "Wind River" dans le Wyoming, cadre de nombreux films de l’Ouest, il y adjoint celui d’une réserve indienne qui renvoie tout autant au genre.

"Wind River" : la bande annonce

La stature de Jeremy Renner (Hawkeyes dans "Captain America", "Premier contact", "Jason Bourne : l’héritage"…) convient parfaitement à ce loup solitaire, pisteur discret et taiseux, respecté des Indiens, personnage emblématique du film. ll va épauler une jeune enquêtrice fraîchement émoulue du FBI (Elisabeth Olsen qui trouve son premier grand rôle), au sein d’une communauté isolée, peuplée de "redneck" (ploucs), ivrognes et violents.

Syncope

Au cœur de l’intrigue : le viol et l’assassinat d’une jeune indienne, maitresse d’un membre de la communauté ouvrière blanche, isolée du monde dans une nature sauvage et hostile. Le crime, l’enquête sont un prétexte, jamais minorés, mais qui mettent en perspective les rudes conditions de vie et les dérives inhérentes des autochtones. Face à eux, des Indiens mis au ban de la société avec lesquels les rapports restent tendus. On retrouve parmi eux l'excellent Graham Green (le "medecine man" Oiseau bondissant de "Danse avec les loups").

Jeremy Renner et Jon Bernthal dans "Wind River" de Taylor Sheridan © Metropolitan FilmExport Jeremy Renner et Jon Bernthal dans "Wind River" de Taylor Sheridan © Metropolitan FilmExport

Taylor Sheridan a raison de prendre son temps pour installer son intrigue, afin de mieux sensibiliser au cadre d’une action hors du monde. Il se permet d’insérer aux trois-quarts du récit la visualisation de l’agression et du crime, désarçonnant la continuité du récit, comme une syncope, pour mieux en traduire le traumatisme terrible. La construction suit un crescendo de la violence jusqu’à un "gunfight" (échange de tirs) éprouvant et une conclusion qui laissera un goût amer. Un beau thriller hivernal, efficace au sous-texte édifiant. De la belle ouvrage.

"Wind River" : une des affiches américaines © Acacia Filmed Entertainment "Wind River" : une des affiches américaines © Acacia Filmed Entertainment

LA FICHE

Genre : Policier

Réalisateur : Taylor Sheridan

Pays : Etats-Unis
Acteurs : Elizabeth Olsen, Jeremy Renner, Kelsey Asbille, Jon Bernthal, Julia Jones, Graham Greene (II)
Durée : 1h50
Sortie : 30 août 2017
Interdit aux moins de 12 ans

Synopsis : Cory Lambert est pisteur dans la réserve indienne de Wind River, perdue dans l’immensité sauvage du Wyoming. Lorsqu’il découvre le corps d’une femme en pleine nature, le FBI envoie une jeune recrue élucider ce meurtre. Fortement lié à la communauté amérindienne, il va l’aider à mener l’enquête dans ce milieu hostile, ravagé par la violence et l’isolement, où la loi des hommes s’estompe face à celle impitoyable de la nature…

Par Jacky Bornet

@Culturebox

Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle