"La Vengeresse" de Bill Plymton et Jim Lujan
"La Vengeresse" de Bill Plymton et Jim Lujan © Ed. Disttribution

"La Vengeresse", le nouveau dessin animé au vitriol de Bill Plympton

Mis à jour le 05/04/2017 à 11H38, publié le 04/04/2017 à 18H22

La folie Bill Plympton reprend du service avec un nouveau dessin animé pour adultes, "La Vengeresse", qu’il coréalise pour la première fois avec Jil Lujan. Raison pour laquelle ce nouvel opus, bien dans la lignée de l’auteur des "Amants électriques", est plus linéaire dans le développement de son histoire, tout en demeurant aussi déjanté…

la note culturebox

3
3/5


Dessin animé

Il est bon d’insister sur le fait que "La Vengeresse" est un pur dessin animé. C’est à dire dessiné au crayon, peint à l’aquarelle au pinceau, animé au banc-titre à la mano. Le style Plympton, c’est ce graphisme à l’arrachée, au hachoir, crayonné, hachuré, tout en étant très structuré, avec ses perspectives exagérées et des métamorphoses physiques surréalistes. D’une vitalité et d’une énergie issues d’un Tex Avery qui aurait pris du LSD. Dont le style émanerait de la bande dessinée underground des années 60-70 américaines, en lorgnant du côté de Robert Crumb ou Gilbert Shelton.

"La Vengeresse" : la bande annonce

Avec le même esprit frondeur, irrévérencieux, subversif, porteur d’un regard critique sur la société américaine, dénonciateur de la surconsommation, du règne du roi dollar, et des politiciens véreux. Ces derniers sont la principale cible de "La Vengeresse", sur un scénario classique… de vengeance. Au centre du conflit : le sénateur Face de mort, bodybuildé à outrance, corrompu jusqu’à l’os, assassin des parents de la jeune Lana. Détentrice d’une bande vidéo compromettante à son égard, il a mis sur sa trace quatre fins limiers, chasseurs de primes.

Prophétie

La violence graphique du trait et des scènes d’action, l’humour déglingué, rappellent Quentin Tarantino, avec un même esprit satirique, poussé à outrance. Le film n’en reste pas moins un pamphlet acerbe contre le surarmement des populations civiles, la manipulation par les spectacles de masse, les sectes mystiques armées, qui rappellent celle d’"El Topo" de Jodorowsky, surtout situé dans les mêmes décors désertiques du Nouveau-Mexique et du Mexique.

"La Vengeresse" de Bill Plymton et Jim Lujan © Ed. Disttribution "La Vengeresse" de Bill Plymton et Jim Lujan © Ed. Disttribution

Tourné en trois ans, bien avant l’annonce de la candidature de Donald Trump et de et son élection à la présidence Américaine, "La Vengeresse" est très prémonitoire de ce point de vue. Le sénateur Face de mort en possède bien des caractéristiques, à plus d’un titre. Bill Plympton fait encore mouche et réalise à l’encontre du magnat de l’immobilier devenu le leader de la première puissance mondiale ce que l’on pourrait voir comme une vengeance prophétique. 

"La Vengeresse" : l'affiche française © Ed. Disttribution "La Vengeresse" : l'affiche française © Ed. Disttribution

LA FICHE

Dessin animé de Bill Plympton, Jim Lujan (Etats-Unis)) - Avec les voix en VO de  :  Charley Rossman, Robert LuJane, Lalo Alcaraz - Durée : 1h11 - Sortie : 5 avril 2017

Synopsis : Face de Mort, ancien catcheur et motard devenu sénateur, embauche quatre redoutables chasseurs de primes. Leur mission : retrouver la jeune Lana et récupérer le précieux et compromettant objet qu’elle lui a volé.

Par Jacky Bornet

@Culturebox

Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox

La rédaction vous recommande

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle