Coralie Russier (robe courte dorée) avec l'équipe du  film "120 battements par minute" à Cannes.
Coralie Russier (robe courte dorée) avec l'équipe du  film "120 battements par minute" à Cannes. © Jean-Marc Haedrich/SIPA

Cannes 2017 : Coralie Russier, de l'Ardèche à "120 battements par minute"

Publié le 28/05/2017 à 17H41

Plébiscité par la critique, “120 battements par minute” de Robin Campillo, est pressenti pour la Palme d’or Cannes 2017. Parmi les comédiennes à l’affiche de ce film dramatique, la jeune Coralie Russier. Originaire d’Ardèche, elle a vécu sa première montée des marches. Mais c’est avec Roger Lombardot, un auteur et metteur en scène ardéchois qu'elle a fait ses débuts.

Le 20 mai dernier, Coralie Russier a gravi pour la première fois les marches du Palais des festivals avec la (grande) équipe du film de Robin Campillo, "120 battements par minute". Un moment fort « une journée magique confiait la jeune actrice à nos confrères de France Bleu Drôme –Ardèche. Un rêve qui pourrait bien se prolonger si le film décroche, comme beaucoup le prédisent, la Palme d’Or de cette 70e édition.

Coralie Russier à Cannes aux côtés d'Adèle Haenel et du réalisateur Robin Campillo. © PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP Coralie Russier à Cannes aux côtés d'Adèle Haenel et du réalisateur Robin Campillo. © PHOTOPQR/LE PARISIEN/MAXPPP

Originaire de Cornas en Ardèche, Coralie Russier peut savourer ce moment à sa juste valeur. Et le fait de venir à Cannes avec ce film là - qui parle du combat des fondateurs d’Act Up Paris face aux ravages du Sida -  a peut-être pour elle une signification particulière.

Le goût pour la vie et pour la scène

Le combat pour la vie, Coralie connaît. A l’âge de 5 ans et demi, elle a subi une greffe du foie qui lui a sauvé la vie. A l’époque, elle a donné un nom à sa donneuse anonyme, Sarah, devenue une sorte d’amie imaginaire. Cette histoire si particulière a inspiré Roger Lombardot, un auteur et metteur en scène ardéchois qui a été touché par ce récit, au point  d'écrire une pièce intitulée "Sarah".

Après avoir passé un casting, c’est finalement Coralie qui a été retenue. C’est avec cette pièce qu’elle a appris son métier de comédienne, jouant dans des salles en région mais aussi au Théâtre du gymnase à Paris. "C’est mon expérience de vie, c’est mon socle" reconnaît la jeune actrice pour laquelle Roger Lombardot ne tarit pas d'éloge : "Elle a la dimension d’une tragédienne sans le lyrisme mais avec le naturel et la simplicité."

Reportage : France 3 Rhône-Alpes - V. Fize / P. Lachaux / D. Mollard

"120 battements par minute" sortira en août 2017 mais le visage de Coralie sera présent sur le grand écran à plsuieurs reprises. La comédienne a tourné avec Catherine Corsini dans "Un amour impossible" aux côtés de Virginie Elfira. En 2018, on la verra dans "Jusu'à la garde", un drame signé Xavier Legrand avec Léa Drucker.

Par Chrystel Chabert

@Culturebox

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle