Chasse au phacochère par le groupe Vumbi, mené par une lionne portant un collier. Parc national du Serengeti, Tanzanie, 2011.
Chasse au phacochère par le groupe Vumbi, mené par une lionne portant un collier. Parc national du Serengeti, Tanzanie, 2011. © Michael Nichols / National Geographic Creative

Michael Nichols, l'Indiana Jones de la photo animalière, est à Visa pour l'Image

Publié le 08/09/2017 à 18H00

Surnommé "l'Indiana Jones de la photo", ce pilier du National Geographic est l'un des photographes du monde animal les plus respectés. La 29e édition de Visa pour l'Image, à Perpignan, lui consacre une exposition présentant ses plus beaux clichés de lions, de singes ou d'éléphants. Plus qu'un chasseur d'images, Michael Nichols est avant tout un défenseur de l'environnement et de la vie sauvage.

Reportage : M. Tamon / F. Savineau / V. Portela-Rosa

Ne dites pas à Michael Nichols qu'il est photographe animalier. Certes, il immortalise depuis des décennies pour Géo ou le National Geographic des félins, des grands singes et des éléphants, au Congo, en Tanzanie ou au Kenya. Mais le natif de l'Alabama se voit avant tout comme un photojournaliste qui raconte des histoires, au même titre que ses confrères qui couvrent des guerres ou des grands événements. "Ma déontologie est la même que celle d'un photographe de guerre", souligne-t-il. Pas question d'utiliser des artifices ou des mises en scène pour attirer les animaux à lui et faire simplement "de la belle image". 

À l’orphelinat des éléphants du David Sheldrick Wildlife Trust (DSWT). Parc national de Nairobi, Kenya, 2010. © Michael Nichols / National Geographic Creative À l’orphelinat des éléphants du David Sheldrick Wildlife Trust (DSWT). Parc national de Nairobi, Kenya, 2010. © Michael Nichols / National Geographic Creative

Ses photos explorent les interactions entre l'homme et la nature, son impact sur l'habitat et les ravages des safaris, de la chasse et du braconnage. Pour capturer la vie sauvage sur le vif, dans une approche documentaire, le photographe passe des mois sur le terrain à étudier au plus près les animaux, leurs familles, leurs comportements et leurs habitats. Preuve du sérieux de sa démarche : il collabore régulièrement avec des scientifiques, comme Jane Goodall, la célèbre primatologue spécialiste des chimpanzés, ou le biologiste Michael Fay. 

© Capture d'écran France 3 Languedoc-Roussillon © Capture d'écran France 3 Languedoc-Roussillon

Il bricole sans cesse de nouveaux appareils pour réaliser ses clichés : pièges photographiques, robots télécommandés, drones... La photo de tigre prise en Inde (ci-dessus) a nécessité 3 mois de travail. "3 mois pour un seul cliché !" confirme Nichols. "Le tigre a fait la photo lui-même, c'est un autoportrait" plaisante-t-il.  

Photojournaliste à part entière 

Michael "Nick" Nichols a donc toute sa place à Perpignan, parmi les plus grands noms du photojournalisme. "J'ai compris avec les gorilles que je pourrais donner une voix à ceux qui n'en ont pas" confie le photographe. "Je ne vais pas dans les festivals de photos de nature, je vais tout d'abord dans les festivals de photojournalisme. Mais le plus important encore, c'est que mes photos aident à comprendre le respect qu'on doit à la nature". 

© Capture d'écran France 3 Languedoc-Roussillon © Capture d'écran France 3 Languedoc-Roussillon

Ses 27 reportages pour le National Geographic lui ont valu quatre premiers prix au World Press Photo, dans la catégorie Nature et Environnement, ainsi que plusieurs expositions à travers le monde.
Nichols a lui-même créé un festival de photographie, Look3, aux Etats-Unis, à Charlottesville, en Virginie.

Par Stéphanie Loeb

@Culturebox

Infos pratiques

Michael Nichols - A Wild Life Couvent des Minimes 12 Rue Louis Bausil 66000 Perpignan Jusqu'au 17 septembre 10h à 20h Visa pour l'Image

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle