"Ils ne sont pas que des chiffres", une exposition photo rend hommage aux salariés de GMS&S industry à La Souterraine (23)
"Ils ne sont pas que des chiffres", une exposition photo rend hommage aux salariés de GMS&S industry à La Souterraine (23) © France 3 / Culturebox / capture d'écran

"Ils ne sont pas que des chiffres", le portrait des "GM&S Industry" en lutte

Mis à jour à 18h07, publié le 18/04/2017 à 17H25

"Ils ne sont pas que des chiffres !" Ils sont aussi des hommes et des femmes dont l'entreprise GM&S Industry est menacée d'un redressement judiciaire depuis le 2 décembre. Les photographes Alain Cassaigne et Thierry Laporte ont tiré le portrait de ces 283 salariés en attente. Le centre culturel Yves Furet de La Souterraine accueille l'exposition et un concert de Trust ce vendredi 21 avril.

Dans le hall du centre culturel Yves Furet de La Souterraine (Creuse), le visiteur est happé par des murs de visages et de regards. 210 photos en noir et blanc qui en disent long sur un drame social. Un redressement judiciaire, un de plus pensez-vous... Mais à La Souterraine, ces visages et ces regards aussi ceux de GM&S Industry, une entreprise qui fait vivre une région depuis 1963. Son avenir est aujourd’hui menacé avec un risque important de liquidation, et près de 300 emplois à la clé. Les offres de reprise doivent être déposées d'ici le 18 avril et pour l'instant l'activité du site tourne au ralenti.

Les photographes Alain Cassaigne et Thierry Laporte ont décidé de donner la parole autrement à ces travailleurs. Leur exposition, "Ils ne sont pas que des chiffres" est à voir jusqu'au 9 juillet 2017. 

 Reportage :  A. Filliot / M. Blanloeil / B. Boulesteix

"Tous ensemble" 

C'est à la demande du centre culturel Yves Furet de La Souterraine que les deux photographes ont travaillé sur le projet. En trois semaines à peine,  Alain Cassaigne et Thierry Laporte ont dû convaincre les salariés de GM&S Industry d'accepter de poser devant l'objectif. Une posture peu commune pour ces hommes et ces femmes fragilisés par la décision de justice en attente mais unis par une lutte sociale commune. Alain Cassaigne, se souvient des premières réactions : "Vous savez moi les photos, je ne fais pas, d'ailleurs je ne m'aime pas. Mais par contre la cause était belle, et même ceux qui n'étaient pas très enclins à y aller, ont choisi d'y être, tous ensemble". 

"Ils ne sont pas que des chiffres" , photos d'Alain Cassaigne et Thierry Laporte  © France 3 / Culturebox / Alain Cassaigne et Thierry Laporte "Ils ne sont pas que des chiffres" , photos d'Alain Cassaigne et Thierry Laporte  © France 3 / Culturebox / Alain Cassaigne et Thierry Laporte

Fiers d'être encore debout

Face objectif, 210 portraits en noir et blanc se figent mais semblent prêts à entrer en action si besoin. Car depuis plus cinquante ans, GM&S Industry fait vivre l'industrie automobile française et constitue un patrimoine industriel emblématique. Un socle indispensable en matière d’emploi dans un territoire rural comme le département de la Creuse.

Et c'est avec noblesse que les salariés gardent l'espoir de sauver leur entreprise. "Ils travaillent dans un environnement pas forcément plaisant mais ils sont fiers de ceux qu'ils sont. C'est des gens qui sont forts", révèle Thierry Laporte visiblement touché par l'histoire de GM&S.

Un salarié de GM&S Industry capté par les photographes Alain Cassaigne et Thierry Laporte © France 3 / Culturebox / capture d'écran Un salarié de GM&S Industry capté par les photographes Alain Cassaigne et Thierry Laporte © France 3 / Culturebox / capture d'écran


En soutien aux salariés de GM&S Industry, le groupe Trust donne ce vendredi 21 avril un concert retransmis gratuitement  à l’extérieur.

Historique de GM&S Industry

GM&S INDUSTRY est une entreprise implantée à La Souterraine depuis 1963 spécialisée dans les secteurs de l’emboutissage, traitement de surface, tôlerie, assemblage de pièces pour l’industrie automobile et équipements industriels. Cette société travaille quasi exclusivement pour les principaux constructeurs automobiles français qui, malgré leurs bénéfices record, choisissent de déplacer une part importante de la charge de travail vers l’étranger. Cette stratégie économique vise à engranger encore plus de bénéfices en priorisant une main d’œuvre moins coûteuse au détriment des sous-traitants partenaires français. À la fin des années 80, l’usine a été cédée à divers groupes financiers. Depuis, l’effectif ne fait que régresser subissant une casse importante de l’emploi. Ils étaient 600 salariés dans les années 90, aujourd’hui, ne sont plus 283. Le vendredi 2 décembre 2017, le Tribunal de commerce de Poitiers a placé GM&S en redressement judiciaire, pour la troisième fois en 10 ans. Cette fois pourrait bien être la dernière….

 

Par Odile Morain

@Culturebox

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle