Eustachy Kossakowski, "6 mètres avant Paris", 1972, 157 épreuves photographiques 40 x 50 cm sur papier baryté gélatino-argentique, tirées en 2004 au Musée Niépce à partir des négatifs originaux. Collection Musée Nicéphore Niépce, Ville de Chalon-sur-Saône. Négatifs : Musée d'art moderne de Varsovie 
Eustachy Kossakowski, "6 mètres avant Paris", 1972, 157 épreuves photographiques 40 x 50 cm sur papier baryté gélatino-argentique, tirées en 2004 au Musée Niépce à partir des négatifs originaux. Collection Musée Nicéphore Niépce, Ville de Chalon-sur-Saône. Négatifs : Musée d'art moderne de Varsovie  © Anka Ptaszkowska

"6 mètres avant Paris": les portes de la capitale par Kossakowski au MAC VAL

Publié le 20/04/2017 à 14H32

Dans le cadre du Mois de la Photo du Grand Paris, le MAC VAL de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) expose une série formidable réalisée par le photographe polonais Eustachy Kossakowski en 1971, tout autour de Paris : il a photographié systématiquement toutes les entrées de la capitale française, plaçant les panneaux "Paris" au centre de l'image (du 22 avril au 28 mai 2017).

L'exposition s'appelle "6 mètres avant Paris", car Eustachy Kossakowski (1925-2001), arrivé de Pologne avec son épouse de l'époque Anka Ptaszkowska qui l'assiste dans son projet, décide de poser son appareil photo selon un protocole rigoureux, à 6 mètres des entrées de la ville. Le panneau Paris est vu de face, au centre du cadre.
 
"C'est un projet qui l'a occupé pendant un an. C'était surement une manière d'apprivoiser le monstre que pouvait être Paris à ce moment-là", raconte Frank Lamy, commissaire de l'exposition. "Avec sa compagne de l'époque ils ont quitté la Pologne. Ils ont quitté famille, enfants pour fuir le régime. Ils avaient besoin de faire le tour de Paris pour arriver à y entrer. Paris c'est une des rares villes du monde qui a une frontière, le périphérique. A cette époque-là il y a une vraie différence entre Paris et la banlieue."

Eustachy Kossakowski, "6 mètres avant Paris", 1972, 157 épreuves photographiques, tirées en 2004 au Musée Niépce à partir des négatifs originaux. Collection Musée Nicéphore Niépce, Ville de Chalon-sur-Saône. Négatifs : Musée d'art moderne de Varsovie © Anka Ptaszkowska Eustachy Kossakowski, "6 mètres avant Paris", 1972, 157 épreuves photographiques, tirées en 2004 au Musée Niépce à partir des négatifs originaux. Collection Musée Nicéphore Niépce, Ville de Chalon-sur-Saône. Négatifs : Musée d'art moderne de Varsovie © Anka Ptaszkowska

Entre périphérique et barres d'immeubles, une poésie discrète

Le résultat, ce sont 157 photos, accrochées serré autour d'une salle du MAC VAL (il s'agit de tirages de 2004 réalisés au Musée Nicéphore Niepce de Chalon-sur-Saône). Au premier abord, tout paraît un peu gris et répétitif dans ces vues en noir et blanc. On a du mal à repérer où on est. On essaie de reconnaître le quartier. Les entrées de la ville peuvent se ressembler, et donner une image pas très accueillante de la "Ville lumière", entre périphérique et barres d'immeubles.
 
Et puis si on regarde bien une poésie discrète se dégage, quelques silhouettes, un marché, un petit café, l'ombre d'un platane (il y a souvent des arbres aux portes de Paris), un vendeur de crêpes autour duquel on se retrouve.

"Nos jambes étaient plantées dans les banlieues, mais nos regards touchaient légèrement Paris dans la lentille de l'appareil et s'y laissaient aller", a écrit Anka Ptaszkowska.

Eustachy Kossakowski, "6 mètres avant Paris", 1972, 157 épreuves photographiques, tirées en 2004 au Musée Niépce à partir des négatifs originaux. Collection Musée Nicéphore Niépce, Ville de Chalon-sur-Saône. Négatifs : Musée d'art moderne de Varsovie © Anka Ptaszkowska Eustachy Kossakowski, "6 mètres avant Paris", 1972, 157 épreuves photographiques, tirées en 2004 au Musée Niépce à partir des négatifs originaux. Collection Musée Nicéphore Niépce, Ville de Chalon-sur-Saône. Négatifs : Musée d'art moderne de Varsovie © Anka Ptaszkowska

Impasse

Une drôle de symbolique, aussi, mine de rien, émerge : les panneaux "Paris" qui paraissaient tous les mêmes sont parfois défoncés, parfois dérobés derrière un arbre. Ils sont presque toujours surmontés d'une indication d'interdiction de stationner, voire d'un sens interdit. Parfois on nous avertit d'un danger. Et le plus drôle est celui, à l'entrée d'une allée ombragée du XVIe arrondissement, qui porte en sous-titre "impasse", comme s'il n'allait pas être aisé d'entrer dans la ville.
 
Il y a un cadre obligé, fixe, et puis les hasards des situations qui s'y inscrivent. S'il y en a moins qu'aujourd'hui, les voitures sont omniprésentes aux entrées de Paris, le parking est encore chaotique, c'est un enchevêtrement de 2CV, de Peugeot 404, de 4L, d'Ami 6, de DS ou de Simca 1000. Une indication de direction nous dit qu'on n'est pas loin de la porte de Montreuil ou de la porte de Choisy, ou bien qu'on peut entrer dans Paris mais qu'à la porte d'Italie on trouve l'autoroute qui nous emmènerait loin d'ici.
 
Outre les pavés, les murs en briques de petites usines ou de vieux immeubles et les voitures, les graffiti nous rappellent l'époque : un "Pompidou" nous évoque la présidentielle de 1969, ou "les maoïstes" qui se sont inscrits au bas d'un mur nous disent que les journées de mai, c'était hier.

Eustachy Kossakowski, "6 mètres avant Paris", 1972, 157 épreuves photographiques, tirées en 2004 au Musée Niépce à partir des négatifs originaux. Collection Musée Nicéphore Niépce, Ville de Chalon-sur-Saône. Négatifs : Musée d'art moderne de Varsovie © Anka Ptaszkowska Eustachy Kossakowski, "6 mètres avant Paris", 1972, 157 épreuves photographiques, tirées en 2004 au Musée Niépce à partir des négatifs originaux. Collection Musée Nicéphore Niépce, Ville de Chalon-sur-Saône. Négatifs : Musée d'art moderne de Varsovie © Anka Ptaszkowska


La question de Paris, de la banlieue et de la frontière

Et pourtant, on peut imaginer que cette série soit universelle et parle à tout le monde, qu'on se situe dedans ou dehors, qu'on soit parisien, banlieusard, provincial ou étranger. Elle a été exposée dès 1971 à Paris, au Musée des arts décoratifs, puis dans de nombreuses villes d'Europe, de Stockholm à Bologne.
 
"Ça nous a semblé intéressant de donner à voir cette série-là aujourd'hui, en 2017, dans une manifestation autour du Grand Paris, autour de la photo à Vitry-sur-Seine", dit Frank Lamy. "De réfléchir encore une fois à la question du Grand Paris, de Paris, de la banlieue, de la frontière."
 
"Qu'est-ce qu'on voit en arrivant", demandent les images. "On voit Paris, on voit l'espèce de frontière. Comment entre-t-on dedans ? C'est une série qui résonne particulièrement aujourd'hui dans les réflexions sur l'accueil des étrangers, des migrants."

Eustachy Kossakowski, "6 mètres avant Paris", 1972, 157 épreuves photographiques, tirées en 2004 au Musée Niépce à partir des négatifs originaux. Collection Musée Nicéphore Niépce, Ville de Chalon-sur-Saône. Négatifs : Musée d'art moderne de Varsovie © Anka Ptaszkowska Eustachy Kossakowski, "6 mètres avant Paris", 1972, 157 épreuves photographiques, tirées en 2004 au Musée Niépce à partir des négatifs originaux. Collection Musée Nicéphore Niépce, Ville de Chalon-sur-Saône. Négatifs : Musée d'art moderne de Varsovie © Anka Ptaszkowska


Rencontre avec Anka Ptaszkowska

Dans le cadre du deuxième "Week-end intense" du Mois de la Photo du Grand Paris, qui a lieu dans 15 communes du sud-ouest de l'Ile-de-France les 22 et 23 avril, Anka Ptaszkowska, la compagne d'Eustachy Kossakowski, galeriste et critique d'art qui a participé à la série "6 mètres avant Paris", sera au MAC/VAL pour une rencontre avec le public dimanche 23 avril à 16h.


Par Valérie Oddos

@valerieoddos

Journaliste, responsable de la rubrique Expositions de Culturebox

Infos pratiques

Eustachy Kossakowski, "6 mètres avant Paris" MAC VAL (Musée d'art contemporain du Val-de-Marne) Place de la Libération, 94400 Vitry-sur-Seine du 22 avril au 28 mai 2017 touls les jours sauf le lundi et le 1er mai, du mardi au vendredi 10h-18h, samedi, dimanche et jours fériés 12h-19h 5 € / 2,50 € Le site du MAC VAL

Aimez notre page Facebook
pour suivre toute
l'actualité culturelle